Cinema Encyclopedia

Les chroniques, les critiques, le suivi, les réflexions, les remarques, les previews.
Avatar de l’utilisateur
grrrr
karma police
Messages : 1263
Inscription : 30 Jan 2004, 15:45
Profil Last.fm : saintkro
Localisation : sur terre par intermittence...
Contact :

Message par grrrr » 28 Avr 2006, 23:23

haem haem hu hu... :rolleyes:

viewtopic.php?pid=9628#p9628

et euhmgé en à parlé rapidement aussi... mais je ne retrouve point où...

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 29 Avr 2006, 00:00

Ouais, ceci explique cela : tu as fait une faute dans le titre du film, il n'a donc pas été trouvé dans ma recherche... ;)

Avatar de l’utilisateur
grrrr
karma police
Messages : 1263
Inscription : 30 Jan 2004, 15:45
Profil Last.fm : saintkro
Localisation : sur terre par intermittence...
Contact :

Message par grrrr » 29 Avr 2006, 00:23

exact! :) on enlève un petit "c" est tout rentre dans l'ordre! ;)

pour l'avis d'Mg en fait je l'avais tout bonnement lu sur son blog

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 13 Mai 2006, 17:13

Au suivant

Alexandra Lamy qui bosse dans le casting, Clovis Cornillac qui fait tout pour devenir acteur... voilà la trame et je n'ai même pas besoin de vous dire comment ça se termine tellement le cinéma français est trop original, youhou... :rolleyes:

Reste qu'il confirme tout le bien que je pense de Clovis Cornillac, à mon avis le meilleur acteur français de notre époque.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 23 Mai 2006, 09:03

X-men 2

J'aurais juré l'avoir déjà chroniqué, m'enfin. :doute:
Dire que X2 est deux fois mieux que X-men serait un euphémisme; c'est l'un des meilleurs films d'action Marvel, et un sérieux morceau dans la catégorie "films d'action de l'histoire du cinéma". On ne s'arrête pas qu'à la distribution ou au scenario qui sont tous les deux irréprochables, on va jusqu'à constater à quel point le film est esthétique, fluide et précis. Avec des scènes exceptionnelles comme l'attaque de l'école ou l'évasion de prison de Magneto, je reste scotché. Du grand Bryan Singer qui fait quand même appréhender Brett Ratner. Verdict prochainement.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 18 Juin 2006, 15:46

The Weather Man

Pas de traduction française pour ce film très... spécial. Pas divertissant du tout, mais intéressant au niveau du questionnement, le genre de film qui vous laisse réfléchir bien après et vous donne une sensation d'avoir philosophé.

Synopsis
allociné a écrit :Un présentateur météo fraîchement divorcé souhaite se réconcilier avec son ex-femme et ses enfants avant de partir travailler à New York.
Nicolas Cage et Michael Caine sont en tête d'affiche et campent des personnages très profonds autour de leur relation père-fils. Des réflexions sur la mort, la reconstruction, le monde des adultes en découlent.

Un film à voir donc si vous aimez le cinéma qui fait cogiter.

Image

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 03 Juil 2006, 14:31

Doom

Inspired by the videogame, le film Doom est une petite pépite bien sympathique qui n'a pas fait trop de bruit mais qui aurait pu sans rougir attirer l'amateur de films de science-fiction et pas seulement le hardcore gamer. Personnellement je ne fais pas partie des joueurs de Doom (en fait à part Half-Life et Quake, je ne me suis jamais aventuré dans cette zone) et c'est donc sans considération pour l'adaptation réussie ou non du jeu vidéo que j'ai pris plaisir à frissonner dans l'espace, là où personne ne vous entend crier, le plus souvent parce que vous êtes déjà mort avant d'avoir poussé le moindre son.

Le pitch (black ^^) de Doom est simple comme le jeu je suppose : sur Mars, une station de recherche scientifique expérimente une 24e paire de chromosomes sur les humains et... c'est le drame bien sûr. :) Mutations à gogo et fâcheuse manie à vouloir casser des objets comme des personnes, voire même à contaminer un max de monde. On envoie donc une troupe d'élite identifier et anéantir la menace avant de secourir le personnel restant. Manque de chance, c'est The Rock le sergent de la troupe, ce qui va rajouter à l'angoisse générale... :P

Bon ben voilà quoi mince, qu'est-ce qu'il vous faut de plus? Il y a de la testostérone (The Rock), il y a de l'action (The Rock), il y a un tout petit peu de réflexion (pour pas perdre The Rock en chemin), il y a des vilains monstres vraiment méchants et pas beaux. Et puis même, vers la fin, vous avez un incroyable passage (je dis "incroyable" parce que je ne pensais pas qu'ils le feraient) où le film se transforme en jeu : l'un des personnages principaux passe en vue subjective (à la 1ère personne donc) et se met à déambuler dans la station en bousillant toute menace, comme dans le jeu; c'est très marrant mais un peu longuet. En tout cas ça rajoute un cachet au film, un bon petit film de science-fiction/horreur je le répète.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 19 Juil 2006, 22:50

Crash (Collision)

Vous avez probablement entendu parler de Collision en bien, car il s'agit d'un film sensationnel. Ces portraits croisés dans une Los Angeles bercée par le petit racisme quotidien sont fantastiques. Pour les servir, une excellente distribution. C'est un vrai drame qui se joue devant le spectateur, avec des collisions entre les personnages, et une mort qui rôde tout le temps mais ne frappe heureusement pas à chaque fois.

Ne cherchez pas tant un scenario mais plutôt la réalité de la vie qui est dépeinte et montrée de façon flagrante là où elle n'est généralement que cachée mais pourtant bien présente. Un film à voir pour se rappeler la fatalité du genre humain.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 30 Juil 2006, 15:59

The Constant Gardener

C'est mon livre de chevet depuis plusieurs mois, mais je n'ai pas pu résister à la sortie du film en DVD. Et puis un pavé de 700 pages tout de même, il faut s'accrocher. Car le film va à l'essentiel du best-seller de John Le Carré, on passe très vite sur la première centaine de pages qui met l'accent sur le collègue du héros, avant de s'engouffrer dans la vraie trame : Justin Quayle, employé de l'ambassade britannique au Kenya, va se mettre à poursuivre l'action de sa femme (sauvagement assassinée) qui traquait les dérives de l'industrie pharmaceutique et ses horribles expérimentations en Afrique qu'elle considère comme un énorme laboratoire gratuit avant de lancer ses médicaments sur le marché occidental.

Un film qui se place dans la lignée d'autres comme Révélations (sur l'industrie du tabac) ou Lord Of War (sur la vente d'armes, notamment en Afrique). Comme dans le livre, il offre une grande partie aux flash-backs pour découvrir le combat de Tessa Quayle avant de lancer Justin dans l'aventure. L'adaptation cinématographique, bien que difficile, est réussie, mais comme souvent n'égale pas le niveau du roman, plus ennuyeux mais bien plus détaillé donc plus facilement compréhensible.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 30 Août 2006, 22:47

En tant que cinéphile confirmé, j'aime bien enchaîner deux films du même style pour analyser et comparer.

Phone Game

Un bon principe, mais un résultat moyen. L'ennui gagne dans ce simili huis-clôt où la confrontation "psychologique" entre Colin Farrel et son correspondant-tireur tourne en rond. Et puis franchement, Jack Bauer, le super-héros du 21e siècle, en méchant psychopathe du téléphone, c'est grotesque. Au moins ils ont changé sa voix pour ne pas qu'on le reconnaisse dès le début, mais bon c'est raté.

Un ticket pour l'espace

:D Bon ben voilà quoi. Kad et Olivier, et Lartigau, et c'est reparti à tire-larigau (orthographe non confirmée). Un bon principe, un résultat moyen, mais un ensemble qui fait oublier les points négatifs tant les références/trouvailles/sketches/délires emportent l'adhésion. Franchement, un ordinateur central qui a la voix d'Enrico Macias, c'est génial!
Une parodie d'Alien avec un dindon, c'est grandiose!

Pour les fourmis nous sommes des géants, mais pour l'espace, nous sommes des fourmis. :jap:

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 10 Sep 2006, 20:08

Walk The Line

Ou comment J.R. Cash devint Johnny Cash... Un grand rôle pour un grand acteur, Joaquin Phoenix, qui va cotoyer des noms presque aussi grands que lui comme Elvis Presley, Roy Orbison ou Jerry Lee Lewis, et trouver la femme de sa vie en June Carter (Reese Witherspoon, oscarisée pour l'occasion). Walk The Line est un grand film, long (2h18), et ça sera peut-être le seul reproche : une légère baisse de rythme en son milieu, avant de se finir superbement bien.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 15 Déc 2006, 10:18

L'Arme Fatale 4

Il faut certes avoir vu les trois volets précédents pour savourer complètement les références de celui-ci. Une saga terriblement attachante où Mel Gibson et Danny Glover s'y donnent à coeur joie. Leur amitié transpire dans le film en même temps qu'eux, et la présence d'autres guests en rajoute. Jet Li est finalement très bon en méchant du moment. Bref, un régal.

Chicken Little

Un film de science-fiction déguisé en film d'animation, ou l'inverse. L'histoire d'un petit poulet pas très populaire qui veut changer les choses et qui va donc avoir l'occasion de le faire en sauvant la planète de la destruction par des extra-terrestres. Un gros prétexte à de multiples références cinématographiques du genre, presque toutes en fait, de Independence Day à Signs, Men In Black, la Guerre des Mondes, Alien... rien n'est épargné. Une bonne surprise.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 28 Déc 2006, 12:28

Anthony Zimmer

D'abord, je rends hommage à la personne sur Allociné qui a fait le synopsis parce qu'elle a du souffrir, donc je le reprends.
Allociné a écrit :Génie de la finance criminelle, Anthony Zimmer est recherché par toutes les polices du monde. Personne ne sait à quoi il ressemble, mais dans la course qui oppose ceux qui veulent le coincer, Akerman, un flic d'exception, possède une longueur d'avance : il sait que Zimmer prendra tous les risques pour revoir Chiara.
Alors que la jeune femme a rendez-vous avec l'insaisissable malfrat, elle reçoit un mot de sa main. Pour perdre ceux qui le pourchassent, Zimmer lui demande d'accoster un inconnu et de faire croire qu'il est celui que tous recherchent. Chiara jette son dévolu sur François, un homme banal qui, fasciné par la jeune femme, va rapidement plonger dans un cauchemar.
Entre manipulations et faux-semblants, tous vont découvrir qu'au-delà des apparences, ils ne sont que les pièces d'une partie d'échecs qui se joue en attendant que le maître arrive...
Je n'irai pas jusqu'à dire que le dénouement est prévisible, mais disons qu'elle n'est pas surprenante. J'ai également trouvé que la réalisation souffrait parfois de lenteur. Au-delà de ça, l'enquête est bien menée, Sophie Marceau est bien exploitée et c'est finalement Yvan Attal qui me déçoit un peu, l'ayant vu jouer beaucoup mieux que ça.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 11 Fév 2007, 23:42

Terminator 3

Il y a quelque chose de magique à voir l'actuel gouverneur de Californie en Terminator... :roll: Le film est un pur divertissement et ses effets spéciaux passent toujours bien encore aujourd'hui. C'est même un "divertissement ++" car j'ai été surpris à plusieurs reprises dans le scenario, surtout vers la fin. Les références aux précédents volets font plaisir à voir, et ce fameux "jugement dernier" rappelle bien des souvenirs.

Il y a un vieux sujet sur le DVD : viewtopic.php?id=135

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 17 Fév 2007, 16:04

Vol 93

Ou comment vivre une partie de l'Histoire depuis l'intérieur. Avec des actes d'héroïsme (mais aussi de lâcheté) accomplis par des inconnus qui font face à leur destin. On se dit qu'à une poignée de minutes près, le vol United Airlines 93 aurait pu survivre.
Un film tout entier porté par son sujet, et c'est peut-être là que l'on y trouvera ses défauts. Parce que niveau cinématographique, Paul Greengrass n'en fait pas des masses. Il y a bien la caméra sur l'épaule et les vraies personnes des tours de contrôle dans leur propre rôle pour le réalisme (le jeu des acteurs s'en ressent), mais c'est bien tout. Les frissons qui vous parcourent, le stress qui vous envahit, sont dus au scenario (enfin, à l'histoire) mais pas vraiment au film. Quand le fond l'emporte sur la forme, Vol 93 est surtout un déclencheur psychologique qui met le cerveau du spectateur en marche plutôt qu'il ne le porte pour lui raconter ce détournement. Les vrais héros sont souvent ceux qui se sacrifient dans l'ombre, Greengrass a le mérite de rétablir la lumière sur eux.

Répondre