Cinema Encyclopedia

Les chroniques, les critiques, le suivi, les réflexions, les remarques, les previews.
Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 08 Jan 2006, 00:54

Les Poupées Russes

Rhah putain c'était chiant! j'ai cru que je n'en verrai jamais la fin. J'avais très bien aimé L'Auberge Espagnole, mais cette suite, là... pfiou. Voilà; je suis super content que ça soit fini. :)

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 09 Jan 2006, 00:13

Demain ne meurt jamais

Au moins le titre est un beau message d'espoir. Certes ce n'est pas le James Bond le plus réussi, il est même parfois assez grossier (le film, pas James), mais ça reste un bon divertissement : un BOND ivertissement! :P

N'empêche Pierce Brosnan, c'était un super 007. :(

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 10 Jan 2006, 23:51

X Men

On a beau dire que le deuxième volet est meilleur que le premier, ce dernier est somme toute déjà très bon. La mise en place des personnages est agréable, assez courte pour chaque, ce qui permet de démocratiser le monde des mutants auprès d'un public non averti. Bien que s'inscrivant dans un univers plus complexe, l'histoire propre à X Men "1" est suffisante et instaure la curiosité pour la suite.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 16 Jan 2006, 12:13

Maintenant qu'on est entre nous je peux faire ma critique de Pretty Woman sans avoir honte (quoique...)

Pretty Woman

Vivian Ward, une péripatéticienne, est ramassée involontairement par Edward Lewis, homme d'affaires performant (vrai requin). Il va la changer et elle va le changer...

Et tadaaa, l'amour tout ça. Une durée de vie exceptionnelle pour un film que de nombreuses femmes (celles qui se font piéger par le mythe du prince charmant) chérissent dans leur coeur. A l'époque, je suppose que le scenario ne paraissait pas aussi classique qu'il l'est aujourd'hui.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 07 Mars 2006, 23:38

Monsieur Batignole

Il fallait au moins ça pour exorciser des Bronzés... :/ Il faut que Jugnot arrête les comédies débiles et se concentre sur ce genre de rôle, voire qu'il se diversifie en faisant un méchant bref, je sais pas, qu'il exprime son talent différement! Ce film est la preuve qu'il a encore de la marge. :)

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 13 Mars 2006, 23:37

Cube Zéro

Sur des conseils avisés, je suis passé directement du premier volet au troisième. :)
Cube Zéro nous offre une autre perspective, celle des personnes chargées de surveiller le cube. Mais l'une d'elles, un gentil génie, se met à vouloir sauver les innocentes victimes de la machine piégée, en venant les chercher. Bien mal lui en prendra...
Evidemment ce film n'est toujours pas au niveau de l'original, mais bonne nouvelle, ça n'est pas un navet, l'atmosphère si particulière a été conservée. Bon évidemment le tout n'est pas exempt de reproches à commencer par l'incursion d'une sorte de soldat zombie télécommandé vers la fin, mais le scenario est sauf, c'est le principal. On retrouve aussi toute une panoplie de traquenards destinés à rassasier notre soif de connaissance du corps humain sous ses différents morceaux. :rolleyes: La boucle est bouclée sur la trilogie, le bâtiment est bien huilé, comme un puzzle sans fin où même l'extérieur est sous contrôle, y compris quand il devient incontrôlable bref, Cube est un univers qui s'auto-suffit et surtout, qu'il vaut mieux ne pas approcher.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 15 Mars 2006, 22:19

S'il y a vraiment un endroit où je me sens bien, c'est la deuxième page de ce sujet... :rolleyes:

Gosford Park
Robert Altman a reçu un Oscar d'honneur cette année. L'occasion de se plonger dans son film Gosford Park, après en avoir accepté au préalable ce qu'impliquent ces 2h17.
Car Gosford Park est un film sans action. La distribution y est exceptionnelle, l'interprétation grandiose, l'atmosphère à huis-clos de cette Angleterre à la Agatha Christie est superbe.

Evidemment dans cet écrin, ce sont les situations et surtout les dialogues qui sont cousus de fil d'or. Le film est une peinture, représentant les relations entres maîtres et domestiques à l'époque. Très british, certains personnages sont américains pour montrer qu'il y a bien une différence. Et puis pour agrémenter un peu, on nous sort un meurtre. Mais c'est loin d'être l'évènement principal, c'est juste la petite pincée de poivre supplémentaire pour épicer l'ensemble.

Gosford Park n'est pas un film à critiquer directement après l'avoir vu. Il faut laisser mariner, fermenter, y repenser plusieurs fois. C'est alors, le lendemain par exemple, quand le côté dubitatif est retombé, que l'on peut venir ici et l'écrire : Gosford Park est un grand film. Chapeau monsieur Altman, à l'ère du règne de Vin Diesel, il faut oser.

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 19 Mars 2006, 12:35

On va enlever un peu de jaune ( ça pique les noeils! )

PAPA > très bon film de maurice barthélémy, le 2e. Quand Alain Chabat nous étonne dans un film d'1h15, un retour à la maison avec son jeune fils, et l'absolution d'un drame familial. Sans grande dramaturgie, tout en douceur.. un film humain, bordel!

NATURAL BORN KILLERS > Ou Tueurs Nés. Trippant, trippé, sous acides certainement. Quand un scénario de Quentin Tarantino donne l'impression que Las Vegas Parano rencontre Reservois Dogs et la série Oz... Une grande claque tant visuel qu'idéologique, bien loin de la simple dénonciation de "film violent" qui l'accompagne. Un pur casting avec..
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 03 Avr 2006, 22:16

Mensonges et trahisons et plus si affinités...

J'aime bien Edouard Baer. J'aime bien Marie-Josée Croze. J'aime bien Clovis Cornillac. Mais je n'aime pas le cinéma français. Alors fort heureusement j'ai eu la bonne idée de regarder "Mensonges et trahisons" en VO! ^^
Bon ok, cette blague est nulle; mais il faut dire que le film en est rempli. Cela dit, comme c'est fait exprès et que c'est très bien interprété notamment par Clovis Cornillac, ça passe.

Bon le film en lui-même n'a rien de la comédie sentimentale de l'année, mais il détend, il comporte des passages franchement intéressants pour donner un final avis positif. :)

EDIT : j'ai oublié de dire de quoi ça parle! Bon alors c'est Raphael, qui est biographe (avec du talent), et il doit écrire la bio du capitaine de l'équipe de France de foot (un gros beauf), dont la fiancée n'est autre que "l'ex-femme de sa vie". Raphael va donc larguer sa copine actuelle et essayer de la reconquérir (l'autre, l'ex, l'ancienne quoi).
Dernière édition par Kynerion le 04 Avr 2006, 09:15, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 06 Avr 2006, 00:58

Jarhead, la fin de l'innocence

Un film où Jake Gyllenhaal n'a pas à partager la vedette. Car c'est bien lui, Anthony Swofford, le héros de cette histoire de Sam Mendes (American Beauty, respect) qui nous raconte sa formation dans les Marines pour devenir tireur d'élite, une véritable machine à tuer, et qui débarque en Irak pendant la guerre du Golfe pour... ne rien faire. Car il ne se passe rien au camp là-bas, la guerre se déroulant plutôt avec des bombardements. Nos marines sont principalement chargés de protéger les puits de pétrole (comme d'hab, hein). Mais surtout, ils pètent les plombs tellement l'ennui est profond dans le désert.

On s'occupe comme on peut avec des simulations, du football, de la masturbation, des combats de scorpions, de la lecture, et quelques de prises de tête qui peuvent tourner mal. Au final, on ne sort pas indemne de cette aventure.

Le film vaut également le détour pour sa belle petite brochette de seconds rôles:
- Jamie Foxx (Collateral, Ray) en instructeur sarcastique
- Peter Sarsgaard, vu dans Garden State, joue le coéquipier de Swofford
- Dennis Haysbert, le Président David Palmer dans 24, interprète un major autoritaire
- et même James Morrison, Bill Buchanan toujours dans 24, est le père du héros dans le film (je suis content parce qu'il fallait le trouver celui-là ^^)

Jarhead ne fait pas autant réfléchir que les autres films du genre sortis récemment (Lord of War, Munich, Syriana), mais on ne peut pas lui reprocher grand-chose non plus.

Et puis l'autre morale du film, c'est que les femmes de soldats sont infidèles quand ces messieurs partent au combat à l'autre bout du monde. Sympa...

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 12 Avr 2006, 15:16

Blade Runner

C'est en voyant cette référence que l'on peut savoir s'il y a plagiat ou non par Natural City. En réalité, ce plagiat est plutôt... assumé, parce qu'il est flagrant sur certaines scènes, à un tel point que le doute n'est pas permis. Les chances de voir dans deux films d'anticipation le héros mangeant son plat de nouilles au comptoir dans un Chinatown sous une pluie battante sont quand même minces, pour ne citer qu'un seul exemple. Natural City interviendra donc plutôt pour mettre au goût du jour, pour actualiser l'histoire de Blade Runner.

Car il faut dire ce qu'il est : Blade Runner a mal vieilli. D'abord c'était risqué, avec les musiques de Vangelis... :rolleyes: du coup le film est à "l'image du son" (ou l'inverse, il faut suivre) : lent. Les décors paraissent encore plus kitsch que ceux des premiers Alien. Mais l'atmosphère oppressante est très bien réussie.

Dans les deux films nos héros "super-flics" sont amoureux d'une femme du genre "ennemi" : cyborg ou replicant, seul le nom change. Ils doivent mener leur mission à bout tout en préservant leur vie privée, ce qui ne sera pas facile.

Si Blade Runner est l'adaptation (lente, je le rappelle) du roman de Philip K. Dick et ça personne ne peut contester l'origine du scenario, Natural City a le mérite de conférer au tout un rythme plus soutenu. Mais le casting est incomparable dans l'original, puisque outre Harrison Ford, on y trouve Daryl Hannah (la sirène de Splash), et surtout Rutger Hauer. Mais si, Rutger Hauer doit forcément vous rappeler quelqu'un si vous suivez un peu la culture cinématographique d'Onlike : il joue le vilain cardinal Roark dans Sin City, et le non moins vilain Richard Earle dans Batman Begins, celui qui prend la tête de l'entreprise Wayne. Inutile de vous dire que dans Blade Runner il joue... le super méchant. ;)

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 21 Avr 2006, 00:26

Appleseed

En fait c'est simple : c'est beau. Terriblement beau. Juste beau. Pendant tout le film j'ai été captivé par les images et j'ai quasiment rien suivi du scenario. Alors voilà le pitch d'Allocine:
En 2131, les bioroïds - clones créées pour réfréner les passions humaines - vivent en harmonie avec leurs créateurs dans la belle cité d'Olympus.
A l'aube d'une nouvelle menace, le commandant Deunan est mandaté pour empêcher un génocide bioroïd. Mais cette guerrière d'élite se révèle être la pièce maîtresse d'un puzzle dont elle ignore encore les règles et les conséquences : la survie des deux espèces.
Ah oui d'accord. Mais quand je dis que c'est beau, je veux dire que c'est superbe. Le même effet que Final Fantasy Advent Children, mais en encore mieux.On retrouve la patte de Shirow Masamune (créateur de Ghost in the Shell, donc nombreux points communs). Et Appleseed 2 sera produit par John Woo! Wouhou! :whah:

A noter que le générique de la BO est un titre de Basement Jaxx, "Good Luck". :good: D'ailleurs la BO entière est plutôt sympa.

Apparement y'a pas que moi à avoir été captivé par les images sans pouvoir en dire grand-chose d'autre: viewtopic.php?pid=9617#p9617 ;)
Oui parce que les filles se baladent en décolleté dans le film aussi, faut préciser.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 22 Avr 2006, 12:59

Dreamcatcher

C'est marrant, j'avais bien aimé le film au cinéma... :/

et ben là j'ai bien aimé encore! ^^

Mais oui quoi, faut pas se prendre la tête avec les adaptations de bouquins de Stephen King, c'est jamais le top. Déjà que régulièrement on nous diffuse le téléfilm "Les Langoliers" avec ses passages super chiants, c'est bien beau que Dreamcatcher soit un vrai film avec une belle distribution. Tant pis si la fin n'est pas tellement celle du livre, on peut au moins reconnaître qu'une histoire d'extra-terrestres sur fond de pipi-caca-proutprout, ça court pas les rues et fallait oser.

En plus Dreamcatcher c'est une histoire de mecs (des potes, des soldats et de la bière), on ne voit quasiment pas de femmes et y'a aucune amourette qui vient gâcher. :good:

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 22 Avr 2006, 14:56

J'ai vu récemment le Superman premier du nom, de Richard Donner ( fin Année 70... ), et franchement la claque! j'ai de plus en plus l'impression que les 70' ont offert de belles années au cinéma. En matière de superhéro et histoire mythique, si Spiderman est une référence, ce Superman l'est tout autant. Exceptionnel de longueur ( 2h30 ), mais suffisamment pour porter le mythe à hauteur.... On verra si Singer fait aussi bien ( ?? .. ).
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 28 Avr 2006, 23:16

Broken Flowers

Une rapide recherche sur le forum m'a permis de savoir que personne n'a connu "l'expérience Broken Flowers" avant moi, c'est donc une bonne raison pour dire... ne regardez pas ce film! ^^

Bon c'est un avis perso hein, chacun est libre de le regarder ou pas. Il faut savoir que je n'aime pas le films longs et surtout sans fin : ennuyeux et frustrant donc. Un film d'ambiance en fait, à mettre en faisant autre chose, où même le jeu d'acteur de Bill Murray (lent) n'est pas la hauteur, c'est dire. L'histoire, c'est celle de Don Johnston (n'oubliez pas le "t"), vieux Don Juan qui reçoit une lettre lui annonçant qu'il est père d'un garçon de 19 ans. Problème quand on est séducteur : qui est la mère ? Don va parcourir les kilomètres pour tenter de résoudre ce mystère.

J'ai trouvé quelques points intéressants néanmoins dans le film : le fait de savoir ce que sont devenues des personnes que l'on a fréquentées et avec lesquelles on a totalement coupé les ponts (que sont-ils devenus, vos amis du collège? vous le savez pour beaucoup d'entre eux, vous?). Et puis la notion de "tuyau philosophique", c'est à peine esquissé dans le film mais ça m'a bien plu.

Voilà... sinon n'oubliez pas hein : c'est un film chiant. ;)

Répondre