Cinema Encyclopedia

Les chroniques, les critiques, le suivi, les réflexions, les remarques, les previews.
Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 26 Nov 2005, 21:47

SEUL CONTRE TOUS ***

Gaspard Noe, un film théâtral au sens premier du terme. Sur le fond, malsain, angoissant, ou à la thématique sans doute trop actuelle ( un père attiré par sa fille ). Mais sur la forme, une formidable mise en scène très découpée, sur voix off de son comédien principal. Envoutant, perturbant, magistral!

BIRTH *

Sujet un peu malsain également ( Nicole Kidman retrouve son défunt mari réincarné dans un enfant, etc.. ), mise en scène un peu pompeuse. On s'ennuie rapidement.

FEAR OF THE DARK *

Réalisation de téléfilm, personnages principaux confrontés à leurs peurs du noir. Trop plat pour exister, trop peu d'évnements pour en faire un long. Essai raté.

BLUE CRUSH **

La mer, de jolies filles, du surf. ça change un peu, il fait beau, mais le tout sonne un peu trop creux pour y donner de la consistance. Pour les amateurs de belles images..

ANIMAL FACTORY ***

Un jeune homme confronté à ses compagnons d'incarcération, de vieux briscards de prison qui vont lui apprendre les us et coutumes du milieux. Un bon film suivant les pas du "bleu", des comédiens plausibles ( Dafoe, Furlong.. ), une histoire pas si mauvaise.. il suffit de peu! Réalisé par un comédien ( Steve Buscemi ), on y retrouve les grands seconds rôles de la tribu Tarantino ou Rodriguez. ça réveille.

HIGH CRIMES **

Ashley Judd qui sauve son mari ex-marines des griffes d'un complot. Bien fait mais déjà vu.

CREAPSHOW ****

Une succession de sketchs inspirés du grand Stephen King. Drôle, macabre, dérangeant. Culte.

FIGHTER IN THE WIND ***

L'histoire vraie d'un créateur du karaté. Epopée à l'américaine mais fabriquée en Asie. Bien foutu, des combats sans artifices. Les fans seront comblés, les autres passeront un bon moment.
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 07 Déc 2005, 13:28

The Eye

Elle a perdu la vue à l'âge de 2 ans. Une vingtaine d'années plus tard, elle bénéficie d'une greffe de la cornée qui va lui permettre de voir à nouveau. Mais voilà, elle voit des morts (et aussi des anges de la mort, et des trucs appartenant à sa donneuse d'organes).

En bref, The Eye, film asiatique, c'est comment pomper Sixième Sens tout en faisant croire que c'est pas pareil parce qu'on a rajouté des trucs et changé des machins. Et en plus, ça ne fait quasiment pas peur.

Petits meurtres entre amis

Comment pourrir une amitié à trois (deux garçons une fille)? Mettez-leur un gros paquet d'argent comme enjeu. Une comédie légèrement déjantée de Danny Boyle où le jeune Ewan McGregor tire son épingle du jeu. Il deviendra Obi-Wan...

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 13 Déc 2005, 11:55

(maintenant je poste aussi des films que j'ai déjà vus mais dont je n'avais jamais fait la critique)

La Plage

Danny Boyle réussit toujours à faire des films plaisants. Peut-être que The Beach n'est pas son meilleur, mais il comporte comme les autres sa dose d'inventivité et de plaisir. DiCaprio joue correctement, Robert Carlyle est toujours impeccable, les autres ne font pas baisser la moyenne. Vous ajoutez un cadre complètement dépaysant qui se révèle à la fois paradisiaque et infernal, et c'est une histoire d'une parfaite crédibilité qui en découle.

Alien (Alien, le huitième passager) - 1979

Pitch :
en répondant au message (non-identifié) d'un vaisseau (inconnu) échoué sur une planète (inconnue), l'équipage du Nostromo ramène à son bord une créature extra-terrestre aggrippée à l'un de ses membres. L'alien qui en découlera va se révéler d'une hostilité sans pareille.

Et c'est le début d'une belle histoire... :rolleyes: Le premier volet de la saga est probablement le moins horrible en terme de massacre pur, mais pas le moins effrayant car Ridley Scott joue énormément sur le suspense (pensez-vous : un seul alien à éliminer, c'est rien du tout). Sans le savoir, il met en place les éléments d'une véritable odyssée cinématographique culte : l'intelligence des créatures, leurs caractéristiques, leur méthode de reproduction (les oeufs, donc la reine que l'on ne voit pas encore, l'accrochage, la gestation dans le corps humain...), le robot... tout est déjà là dans le premier film, et l'on se rend compte qu'il aurait été vraiment dommage de ne pas exploiter un tel potentiel.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 14 Déc 2005, 16:41

Saw

En voilà un qui aurait mérité d'être un court-métrage...
Sur un scenario à fort potentiel mais tenant sur une demi-page, Saw est un film d'horreur longuet, avec plein de scènes de flash-back franchement ennuyeuses, et des rebondissements d'une prévisibilité affligeante. En plus "Saw" rejoint la liste des films du genre "j'ai caché la vraie fin dans les deux dernières minutes" (donc quand on se doutait de l'ultime rebondissement, c'est moyen) et ainsi l'effet produit est celui d'un pétard mouillé.

Alors oui, avec un tel potentiel, c'est un beau gâchis, et faire autant traîner en longueur l'histoire relève de l'inutilité. N'est pas Vincenzo Natali qui veut... :rolleyes:

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 15 Déc 2005, 13:07

Alien 2 (Aliens) - 1986

Pitch :
Une colonie a été installée sur la planète où s'est écrasé le vaisseau alien. En explorant ce vaisseau, une famille provoque l'horreur : la colonie est décimée. On décide donc d'envoyer sur place un commando et des civils, parmi lesquels se trouve Helen Ripley, seule survivante de la première rencontre avec un alien, réveillée de son sommeil cryogénique qui a duré 57 ans...

Ou comment James Cameron fait plus fort que Ridley Scott (sans dévaloriser ce dernier, bien sûr). Plus long, plus de monde, plus d'aliens, plus de combats, et une reine dans toute sa splendeur et sa hargne. On retrouve sans faute les éléments du premier film tout en instaurant des nouveautés qui serviront la mythologie encore par la suite. Dommage que, comme pour le volet précédent, il faille attendre une heure pour rentrer dans le vif de l'action. A l'époque ces introductions passaient sans problème grâce au charme des effets spéciaux; de nos jours c'est moins évident. Il n'empêche, le culte est toujours là.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 19 Déc 2005, 12:01

Mais qui a tué Pamela Rose?

Kad et Olivier se la jouent Twin Peaks et partent enquêter à Bornsville sur le meurtre d'une stripteaseuse. Un excellent moment pour les spectateurs avides de références et/ou les amateurs du duo comique. Au second degré, c'est une véritable leçon de cinéma américain qui est donnée par le démontage et la reproduction des méthodes des plus gros blockbusters hollywoodiens. Une parodie digne de ce nom.

A.I. Intelligence Artificielle

Ou comment un petit robot veut revivre l'histoire de Pinocchio et rencontrer la Fée Bleue qui fera de lui un vrai petit garçon aimé de sa maman. Mais le chemin est semé d'embûches, entre le soutien des Meccas (les robots) et le rejet des Orgas (les humains).

AI est un grand Spielberg, mené de main de maître, doté d'un message fort et magnifiquement interprété par Haley Joel Osment et Jude Law. Il dispose même d'une fin belle et triste comme il faut, sauf que... ce n'est pas la fin! Spielberg a jugé bon (une erreur, à mon goût) de faire un bond de 2000 ans dans ce film déjà futuriste et d'y mettre des extra-terrestres (!!!) et la panoplie de technologie improbable qui va avec. On peut être choqué par cette construction du film, mais si l'on est prévenu et que l'on rentre dans le jeu, alors c'est un chef-d'oeuvre.

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 20 Déc 2005, 02:29

LE PERIL JEUNE **

Film génération ou pas, je découvre ce deuxième long métrage de Cédric Klapisch en 2005, soit 30 ans après les évènements du film.

Evidemment, Le Péril Jeune a une aura spéciale auprès du public post-ado d’aujourd’hui. Sans doute témoin d’une époque, reflet par Klapisch de cette génération suivant Mai 68 ( comme il est souvent autobiographique pour partie, pourquoi pas.. ). Où comment cinq jeunes lycéens de terminale ont vécus leur année de préparation au baccalauréat, et leur évolution cinq ans après. C’est très sympathique, bordé de bonnes intentions, et surtout ça sonne vrai.

Car au vu de la fiction française, retrouver l’humeur véritable d’un banc d’école se fait rare. Duris et cie, souvent inexpérimentés, y font pour beaucoup. Car le Péril Jeune a aussi alimenté le cinéma français avec pas mal de nouveaux talents ; outre Duris, Elodie Bouchez, Elbaz, de Fougerolles.. Toute cette jeunesse, tiraillée entre la pression du bac, les parents et la société, se réfugient dans les manifs, la drogue et les premières expériences de la vie, pour essayer de trouver leur voie.
Une photographie de 75 peut être pas tout à fait juste, mais qui suffit à rappeler à tout un chacun les années lycée. Nostalgie rocambolesque..
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 20 Déc 2005, 13:30

Bowling for Columbine

Le meilleur Michael Moore à mon goût, pas encore trop subjectif, intéressant, parfois émouvant, et très riche en enseignements. A tel point que l'on se demande si ce documentaire vieillira un jour.
C'est aussi l'occasion d'y voir des personnages à contre-courant : Charlton Heston y est détestable et Marilyn Manson y est clairvoyant.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 21 Déc 2005, 00:25

Alien 3 (Alien³) - 1992

Pitch :
Suite à un court-circuit, le module de sauvetage comportant Ripley, Newt (la petite fille), le caporal Hicks et l'androïde Bishop, s'éjecte et s'écrase sur une planète constituant une prison de haute sécurité oubliée. Ripley est la seule survivante du crash, enfin presque, puisqu'une petite "surprise" s'était glissée dans la capsule, qui va donner du fil à retordre aux 25 détenus féroces du complexe pénitentiaire...

Incontestablement, David Fincher créé un univers personnel à la saga. On revient à la lutte sans arme contre une seule bestiole (si l'on oublie l'autre "surprise" ramenée par Ripley), mais Alien³, bien qu'à part dans son contexte, contient son lot d'agréments : on découvre ainsi les possibilités de mutation de l'alien qui trouve un hôte inédit, on rencontre à la fin Bishop sous un jour plus humain, et surtout on clôt l'aventure... Car oui, la fin d'Alien³ est une vraie fin pour toute la saga. Et pourtant on n'en restera pas là. C'est une nouvelle dimension qui est entrevue dans le film, on passera sur les effets spéciaux de la créature plutôt mauvais (quand elle est en mouvement) même pour l'époque, et l'on appréciera le cadre "industrie métallurgique" propice à un affrontement, tout en se demandant par quelle magie le prochain volet fera revenir nos héros.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 22 Déc 2005, 01:45

The Island

Pour permettre de vivre plus longtemps, on se fabrique des clones afin d'en prélever ce qui viendrait à manquer chez soi. Un concept sympa pour un film qui l'est tout autant, où brillent Ewan McGregor et Scarlett Johansson, et aussi les autres, Djimon Hounsou, Sean Bean, Steve Buscemi, Michael Clarke Duncan.

C'est dans ces films qui se déroulent "dans un futur très proche" que l'on trouve le plus d'idées, mi-fantastique mi-plausible, donc déroutant. The Island ne manque pas d'extravagances et de défauts mais se laisse facilement regarder et captive par sa proximité avec notre présent et les questions que se pose déjà notre société.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 23 Déc 2005, 01:02

Alien 4 (Alien Resurrection) - 1997

Pitch:
200 ans après la mort de Ripley, un échantillon de son sang retrouvé permet de la recréer, elle, mais surtout l'alien qu'elle avait dans son ventre, une reine, après plusieurs expériences infructueuses. Une nouvelle fois les scientifiques vont être dépassés par l'intelligence et la férocité des aliens dans leur tentative de les dresser.

On peut féliciter Jean-Pierre Jeunet pour avoir signé le volet le plus esthétique de la saga grâce à sa signature très reconnaissable. Sigourney Weaver livre également une interprétation magistrale, pleine de charisme et même d'humour. Loin de la fougue créatrice de Fincher (un alien issu d'un chien), Jeunet dévoile les traces d'un croisement dramatique entre Ripley et la race alien, les tentatives ratées et un aboutissement superbe. Tragique et magnifique, Alien 4 nous donne même un aperçu de la Terre, comme un accomplissement d'une quête séculaire.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 31 Déc 2005, 01:29

I, Robot

Voici un film passionnant. J'ai été agréablement surpris par cette adaptation d'un roman d'Isaac Asimov (un maître du genre), riche en action comme en réflexion. L'éternel dilemme entre l'homme et le robot, l'âme et la technologie... et toutes leurs interactions, c'est un sujet vraiment intéressant. Le film se déroule en 2035 après tout. ;)

Seul regret : Will Smith dans le rôle principal. Un acteur que j'aime bien, mais qui apporte là une touche d'humour non nécessaire. Mais bon, il fait partie de la production du film alors...

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 02 Jan 2006, 00:56

Harry Potter et la chambre des secrets

Pour moi, le meilleur film de la saga jusqu'à maintenant (et de loin). LE cocktail par excellence : de la magie sans retenue, des créatures "charismatiques" (Fumseck, Aragog, le Basilic), la présence de Jedusor/Voldemort (et même d'un horcruxe avant l'heure), et de l'humour distillé et pas mis en avant comme on a pu le voir ensuite. Bref, une réussite totale. Chris Colombus signe alors son deuxième HP et en conséquence son style et sa maîtrise se sont améliorés.
Mais rappelez-vous, tout le monde n'est pas du même avis : :rolleyes:

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 03 Jan 2006, 00:02

Equilibrium

Après une troisième guerre mondiale, pour mettre fin à la tendance (auto)destructrice de l'humanité, les sentiments sont supprimés. Ou plutôt anihilés, grâce au prozium, une capsule que l'on s'injecte régulièrement pour cesser d'éprouver toute émotion. C'est le monde merveilleux de Libria, dirigée par le Père, où l'harmonie et la paix règnent enfin. Et tous ceux qui n'auraient pas renoncé aux sentiments (les "déviants") sont pourchassés et éliminés par la police et les "recteurs", des super agents. John Preston est l'un de ces recteurs. Mais un jour, John Preston oublie de prendre sa dose de prozium...

Un très bon film plein de références visuelles et scénaristiques. Une lutte à la "1984" (voir le sujet) dans un futur proche, où l'on ne peut se fier à personne car dénoncer un(e) déviant(e), c'est bien. Mais lorsque l'on passe d'un camp à l'autre, sauver sa peau est un jeu difficile. Christian Bale s'en sort à merveille, le film alterne des scènes d'action très chorégraphiées et une plongée dans le monde des sentiments, suscités par des objets d'art et de culture (tableaux, livres, musiques, parfums, vêtements...). Un scenario très nuancé pour couronner le tout, et voici les ingrédients d'une réussite.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 07 Jan 2006, 12:21

En ce moment je sais pas, je n'arrête pas de tomber sur Sean Bean dans mes films : The Island, Equilibrium, et maintenant...

Benjamin Gates et le trésor des Templiers

Ou plutôt "National Treasure" en version originale, un truc à savoir quand on cherche des infos dessus. :P
Alors oui c'est une chasse séculaire au trésor (des Templiers), et c'est enfin Benjamin, le petit dernier de la génération Gates, qui le trouve. Mais faut dire qu'il n'est pas tout seul sur le coup. Comme c'est un Disney, on fait style que c'est un film de grand, mais il n'y a aucun mort (pas même un litre de sang). Une technique lourdingue déjà éprouvée dans Pirates des Caraïbes. D'ailleurs même combat : les deux films ont une suite qui va débarquer.
Nicolas Cage s'en sort encore une fois très bien avec sa seule expression faciale, et tout est bien qui finit bien. Bien bien.

Répondre