Chroniks Cinématographiks 2005

Les chroniques, les critiques, le suivi, les réflexions, les remarques, les previews.
Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 14 Avr 2005, 22:40

Bob L'éponge - Le film

C'est bien simple, nous approchons le summum du cinéma d'auteur avec cette oeuvre décalée à l'apogée du comique troupier et des Monty Python. :super: Et j'aime pas les Monty Python. :D
Débilité assumée et disséminée tout le long du film, véritables moments d'émotion, casting très bien fait (;)), histoire originale, grandes scènes fortes, comique de texte et comique de situation. Si vous en avez marre du dernier film kurdistano-greco-tibétain sur la masturbation des hermaphrodites, videz-vous la tête avec Bob L'éponge, ça fait du bien.

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 17 Avr 2005, 17:19

SEED OF CHUCKY ***

Ah, l'humour noir et les traits de plastique d'une poupée tueuse, son sachet de pop-corn, et c'est parti pour une bonne séance de cinéma! Si Chucky n'incarne pas le personnage parfait du grand écran américain, cet outsider des franchises d'horreur ( Jason, .. ) à moindre succès a au moins le mérite de ne pas faire retomber le niveau. Après un 3e opus pour le moins sympathique, le créateur de la poupée infernale nous la ramène en famille pour un tour de plus, dans le sang et l'effroi. ça dépèce, ça tranche, ça gigote, ça ripaille, et ça crie, mais au moins il se passe des choses avec Chucky, et comme l'ennui ne vient pas, on a tendance à s'amuser avec les protagonistes. Un bon moment pour les amateurs du genre..
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 19 Avr 2005, 13:56

CODE 46 ***

Un film de Science-Fiction sans commbats spaciaux, mutants dégénérés ou sabre laser, ça existe. Michael Winterbottom nous le prouve d'ailleurs, en contant cette histoire d'amour entre deux humains du futur. D'un côté, Tim Robbins, en détective à la solde des conglomérats contrôlant la planète, de l'autre Samantha Morton, en reclue de la société limite hors la loi. Evidemment, au lieu de se pourchasser, les deux se rapprochent. Winterbottom a le mérite de filmer au plus près des émotions, et très franchement n'étant pas fan des love story, là j'ai apprécié l'atmosphère qui se dégageait du film.
Le Code 46 fait référence à une loi adopté, limitant les naissances ou couples sur des bases génétiques ( on est pas loin de Gattaca.. ). On plonge dans un univers d'écrans tactiles, de technologies de pointe, mais on reste accrochés à la réalité : immigrés, classes sociales. Dans le même genre qu'un THX 1138 ( les décors sont minimalistes ), mais comme une extrapolation de notre présent. On n'est pas loin de chez nous. Une belle image de l'amour dans une société déshumanisé, filmée par un réalisateur plutôt inhabituel qui réussit à imposer son style à ce film d'anticipation..
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Lain
shooting star
Messages : 443
Inscription : 28 Jan 2004, 10:52
Localisation : In the Wired... Or In the Weir

Message par Lain » 20 Avr 2005, 08:36

Merci pour les réponses sur Saw ^^

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 29 Avr 2005, 15:22

GARDEN STATE ****

Comme le cinéma américain sait le faire depuis quelques années, on retrouve dans Garden State toute l'ambiance douce amer en vogue. Collant beaucoup plus à la réalité qu'Eternal Sunshine..., Garden State nous conte le retour au pays d'un petit acteur raté à l'occasion de l'enterrement de sa mère. Il retrouve ce village qu'il avait quitté enfant, placé en pension. Retrouvant de vieux amis, se réconciliant avec son père, il ira jusqu'à trouver sur son chemin l'amour..
Snif.. oui, c'est une jolie histoire. Zach Brach, dont c'est le premier film ( en tant que réalisateur, sinon vous avez du l'apercevoir dans Scrubs, série tv dont il est le héros ), nous décolle le réel pour y ajouter un peu de mélancolique, de doute. Néanmoins moins pessimiste qu'un Virgin Suicides, Garden State suit le retour aux sources ( pour un nouveau départ? ) de son héros, l'incertitude dans laquelle il est plongé, les choix à prendre à un tournant de sa vie. Comédie romantique douce plutôt que drame, on savoure les moments passés avec celui qui finalement nous ressemble un peu..
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

bugman
shooting star
Messages : 447
Inscription : 09 Fév 2004, 14:49
Localisation : The Dark Side Of The Moon

Message par bugman » 06 Mai 2005, 14:30

DIG ! ****

Quelle claque !
Je préviens : excusez le peu d'objectivité que vous pourriez déceler, mais qu'importe... Un "rockumentaire" de cette trempe ne pouvait que me plaire! :P

La réalisatrice Ondi Timoner a suivi pendant 7 ans (de 1996 à 2003) 2 groupes: The Dandy Warhols et The Brian Jonestown Massacre. Le premier est connu pour les puristes, le second est totalement inconnu en France, et pour cause! Le doc fait la comparaison entre les 2 formations qui se cotoient depuis leurs débuts. L'un faisant des concessions à l'industrie du disque, l'autre non.
L'essentiel étant orienté autour de la relation attraction/répulsion des 2 leaders Courtney Taylor et Anton Newcombe. Admiration respective et mépris plus ou moins feint, tout cela est plutôt touchant. ^^ Deux fortes personnalités tout en extravagance et ce petit brin de folie qui fait tout le génie... Sauf que dans le cas de Newcombe, la drogue et un tempérament ingérable un tantinet despotique n'arrangeront rien.
Pour faire court, je dirais que d'un côté on suit l'ascension des Dandys et que de l'autre on assiste à l'autodestruction des Brian Jonestown Massacre, un groupe pourtant excellent mais qui se refuse à entrer dans le système... Un réel gachis qui attriste le spectateur tant on s'attache aux protagonistes du film... :(

Le film est aussi une définition à lui seul de la rock attitude. Sex & Drugs & Rock 'n' Roll ! Tout y est. Il faut voir Les BJM se foutre sur la gueule sur scène alors qu'un agent de maison de disque est dans la salle... Ou voir les DW se faire arrêter par des flics français venus contrôler leur camionnette et leur dire que le cannabis, c'est pas bien ! Car pour se mettre la tête ils sont tous très forts ! B)
La musique est énormément au rendez-vous : beaucoup d'extraits de concerts (plus ou moins chaotiques), les uns rejoignent les autres sur scène, c'est bon esprit. On voit les enregistrements en studio des disques : les BJM enregistrent beaucoup, 2-3 albums par an! :blink: Mais peu voient le jour, et sont toujours distribués via un circuit indépendant... On perçoit aussi ce que peuvent être les tractations avec les maisons de disques avec Courtney Taylor et le dégoût que ça lui inspire....

Bref, je ne vais pas tout raconter. Ce film marquera pour pour moi l'histoire du rock au cinéma. C'est d'abord un excellent documentaire, très bien réalisé, avec assez peu de parti pris. Le spectateur est témoin -au même titre que l'a été la réalisatrice- des carrières (opposées) des deux groupes. Au final, on vit de l'intérieur le fait d'appartenir à un groupe de rock indé, partagé entre le désir de notoriété et la volonté de conserver son authenticité artistique... Si ce n'était sûrement prémédité au début de son tournage, Ondi Timoner s'est retrouvé avec un beau bébé au final, tant les 2 histoires sont captivantes. On est proche du culte. :super:

Le film a reçu le prix du meilleur documentaire au festival de Sundance 2004.
Et bonne nouvelle, il a fait que les disques de Brian Jonestown Massacre vont enfin sortir en France !!! Yes !!! :envie:
We are together, we are unified
And all for the cause
Because together we got power

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 08 Mai 2005, 22:12

MILLION DOLLAR BABY ****

Partageant l'enthousiasme communicatif de notre bugman local, je sors extrèmement ému du dernier Eastwood. Et justement, on espère que ce ne sera pas le dernier. Clint, c'est comme le bon vin, ça se bonifie avec l'âge. Million Dollar Baby suit le destin d'une jeune femme, dont le désir par dessus tout est de boxer. Sollicitant un illustre entraîneur, elle va persévérer dans sa quête jusqu'au bout..
Million Dollar Baby est porté par un trio d'acteurs géniaux, Hilary Swank dont le talent précoce n'est plus à prouver, Morgan Freeman qui reste l'un des acteurs black les plus talentueux, et Clint fidèle à lui-même. Humain, le film l'est plus que tout. On ferait l'erreur de croire qu'il s'agit d'une banale histoire de boxeuse, mais en réalité le film dépasse ce postulat et va beaucoup plus loin, explorant les rapports humains, la vie en général. Allant même jusqu'à certaines extrémités ( je réserve la fin pour ceux qui ne l'aurait pas vu.. ), liant les réflexions sur la religion, la mort et tout ce que cela peut comporter, Million Dollar Baby en plus d'être un grand film ( dans le sens, un classique d'Hollywood comme seuls savent le faire les vieux baroudeurs américains ) se permet de poser des questions actuelles, voir future. A peine sorti, déjà à ne pas rater...

PS : ayant vu récemment Mystic River, idem, j'adore.
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Lain
shooting star
Messages : 443
Inscription : 28 Jan 2004, 10:52
Localisation : In the Wired... Or In the Weir

Message par Lain » 09 Mai 2005, 17:27

bugman,6 May 2005, 13:30 a écrit :DIG ! ****
Ha zut, et moâ qui suis allée au ciné hier et qui en ai parlé aux responsables... Elles ont osé me dire qu'il n'était pâ encore sorti.
Bon je vais revenir à la charge ce soir puisque je vais aller voir Breaking News.

Pour ce qui est du film "De battre mon coeur s'est arrêté" **(*)... hé bien, je trouve que de nombreux passages sont inspirés de Lost in Translation... ce qui fait un peu curieux vu que l'histoire est complètement différente. Bref, j'éhsite entr deux ou trois étoiles... à vous de voir ^^

Enfin pour Million Dollar Baby **, contrairement à ce que tout le monde en a pensé, je n'ai pâ vraiment aimé. du moins j'ai beaucoup aimé toute la grande première partie mais la suite reste très moyenne... Trop "américaine" à mon gout.

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 10 Mai 2005, 23:39

KINGDOM OF HEAVEN ***

Balian, humble forgeron, part en croisade pour sauver Jérusalem, l'épée à la main.. Non, nous ne sommes pas dans Lanfeust, mais bel et bien sur le dernier Ridley Scott. Un projet sur les croisades, fichtre, beau projet. L'idée trottait dans la tête dudit réalisateur, qui nous sert ici une copieuse rasade de Moyen Age, de guerres, de religions, et surtout d'hommes. Car à l'instar de Gladiator, on suit ici l'itinéraire d'un homme, et son destin hors du commun. Seulement là où Maximus faisait dans l'humilité et la vengeance personnelle ( un thème prolifique en ce moment.. ), Orlando Bloom part dans une quête vers la rédemption, le repenti, et l'aide à son prochain. Beaucoup plus humaniste, héros intègre certes, Balian sert une juste cause, sans renier ses convictions. Sans doute un peu idéalisé, vu l'époque, mais ça passe bien à l'écran. Les autres personnages représentent quand à eux assez bien la complexité de l'époque, les factions de l'Eglise, les hiérarchies, les classes, les malades ( le roi lépreux est incroyable.. ). Liam Neeson, Jeremy Irons voir Eva Green sont plaisant à voir.
Le scénario quand à lui applique la logique des croisades, et les tourments au sein de la chrétienté. On ne nous épargne aucune des turpitudes de la politique moderne. Accalmie, paix, revirement, guerre, compromis... Tout ceci mène la barque pendant plus de deux heures. Toujours aussi bien mis en scène par Scott, qui applique le traitement visuel de Gladiator à la lettre. Quelques plans rappellent cependant trop les scènes épiques du Seigneur des Anneaux, des batailles dantesques au siège de la ville et son attaque. Kingdom Of Heaven nous montre le Jérusalem ancien. On regrettera les élipses trop souvent employées par le scénario ( paf, un forgeron. paf, chevalier. paf, voyage. paf paf paf... ) ; du coup, certaines explications simples, ne nécessitant que peu de choses, obligent le spectateur à combler les trous. Résumant la vie d'un chevalier hors norme, l'ampleur du récit aura été sacrifié pour aller à l'essentiel. Un peu dommage.. Encore une très belle épopée de Ridley Scott, il n'y manque qu'un peu de folie douce pour atteindre le nirvana antique.
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 11 Mai 2005, 11:51

Kingdom of heaven:

Ayant été voir le film avec toi je n'ai pas le même avis. Certes les batailles sont très bien faites mais on a l'impression de retomber rapidement dans un copier/coller de gladiator. Géographiquement on ne sait pas trop ou se situer, historiquement c'est un peu la même chose. Mais temporellement c'est pire, car dès lors où il trouve de l'eau apparaissent directement des plantes. A moins d'être dans Astérix avec le druide panoramix, c'est très fort. Bon sinon , ce film se laisse regarder, mais le genre historique va peut être commencé a s'épuiser, c'est un peu comme tout les pseudo film d'horreur qui sont programmés pour les prochaines semaines, voir les prochains mois.
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 18 Mai 2005, 23:58

Otages

Hein? Que? Quoi? C'est pas "Otages", le film dont tout le monde parle en ce moment, qu'il faut voir impérativement, qui déplace les foules au cinéma??? :blink:
Ah ben tant pis alors, je me suis trompé. Nous voici donc dans une histoire de... de... de prise d'otages oui! parfaitement, bien vu. Avec Bruce Willis, et Bruce Willis. Trois jeunes branleurs (deux frères et un autre, complètement barré) prenne plus ou moins volontairement une famille (un père et ses deux enfants) en otage dans leur somptueuse maison ultra-tip-top-haute-sécurité. Bah oui, le papa, il est comptable pour la mafia. Y'a de la thune en jeu. Et du coup, la mafia prend en otage la femme et la fille de Bruce Willis pour qu'il "arrange" l'histoire dans la baraque sinon ça va mal tourner.

Que croyez-vous qu'il arrivât? [attention : je nique la fin du film :D]



Les trois jeunes preneurs d'otages meurent, Bruce Willis sauve le comptable, ses deux enfants, puis sa femme et sa fille.

Et voilà. Bref, un film bien sympa avec Bruce Willis dedans. Moi ça me vide la tête, grave bien. ^^

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 20 Mai 2005, 12:47

LAST DAYS ***

Encore une plongée onirique pour Gus Van Sant, après son succès Elephantesque, mais surtout Gerry. Effectivement, on retrouve pour beaucoup son avant dernier film dans cette rétrospective non officielle des derniers jours de Kurt Cobain. Où la tentative de Blake, rockeur au bout du rouleau, qui s'exclut petit à petit du monde réel, et finira seul et désincarné. Dans la rôle titre, Michael Pitt est impressionant, comme toujours pour les films indépendants qui parsèment sa filmographie.
Longs plans fixes, atmosphère, on sort hypnotisé du film. Si la longueur est pesante, c'est justement la manière pour le cinéaste de faire entrer le spectateur dans le monde de son anti-héros. Fable contemporaine sur un homme en perdition, Last Days est aussi une tableau en mouvement, un de plus au tableau de Gus Van Sant.
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 04 Juin 2005, 22:49

After the sunset (Coup d'éclat)

Parce que ça fait du bien de décompresser devant un bon film de voleurs, voici "After the sunset", bien plus sympa qu'un "Ocean's Twelve", et pourtant avec Don Cheadle quand même.
Mais le trio principal d'acteurs, c'est d'abord ce couple Pierce Brosnan (Max) et Salma Hayek (Lola), agrémenté de Woody Harrelson (Stan).

Max et Lola s'aiment, c'est un couple de voleurs spécialisés dans les diamants. Stan les connaît bien et il fait encore les frais de leur dernier coup. Mais cette fois, Max et Lola décident de prendre leur retraite et de partir dans les Caraïbes se marier et couler des jours heureux.
Seulement voilà, Stan les retrouve, et comme de par hasard un yacht expose l'ultime diamant qui manque à la collection de Max. Tentation, quand tu nous tiens...

Une excellente comédie sous les îles, des situations originales et rocambolesques et truculentes allant même jusqu'à la naissance d'un couple Max-Stan des plus humoristiques. ^^

C'est léger, c'est drôle, c'est bien joué, et le scenario n'est pas du tout classique et réserve même quelques surprises bien trouvées. J'approuve! :super:

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 04 Juin 2005, 23:25

ah ben tiens, on était à la même séance, c con z'auriez du l'dire :D

AFTER THE SUNSET ***

En un mot : Salma Hayek. Bien. Le reste aussi ; Salma Hayek se baigne, Salma Hayek répare la voiture, Salma Hayek construit une terrasse, Salma Hayek.
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Avatar de l’utilisateur
Mg
starman
Messages : 2240
Inscription : 18 Sep 2003, 14:11
Twitter : mgcinema
Profil Last.fm : EuhMg
Localisation : París
Contact :

Message par Mg » 26 Juin 2005, 14:05

Et oui, dès aujourd'hui, c'est la Fête du Cinéma!! Accessoirement, ils ont augmentés le ticket à 2 Euros l'unité ( sauf le premier, tarif plein of course ), ce qui augmente la note sensiblement...

LES POUPEES RUSSES ***

Après l'engouement autour de l'Auberge Espagnole, on attendait donc si ce n'est le retour de Cédric Klapisch, au moins celui de ses personnages. Et c'est plutôt réussi ; on retrouve donc le héros ( Romain Duris, qui a mûri, et ça se voit enfin ) autour de ses problèmes existentiels, de coeur, et sa bande d'amis aux mêmes problèmes. L'occasion de philosopher un peu sur tout cela, accessoirement pour lui de coucher avec toutes les filles qu'il rentre ( on a pas le rôle principal pour s'embêter non plus.. ), et de trouver sa voie, celle dont il rêve, celle dont il aperçoit un morceau de perfection dans chacune de ses conquêtes. Bref, il doit trouver la dernière poupée russe, la plus petite, son Graal à lui. Et bien que cela soit plaisant à suivre, tout comme l'Auberge Espagnole, la thématique plaira au plus grand nombre, sans pour autant faire l'unanimité. Si on ajoute le talent de Klapisch derrière la caméra, qui s'améliore de film en film, on assiste à un beau moment de cinéma, pas à un grand film pour autant.

MADAGASCAR **

On ne peut pas faire un carton à chaque fois, même si le box office fonctionne. Madagascar est une nouvelle production DreamWorks destinée aux enfants ( après Ice Age,.. ), contant la périple de quatres animaux sortis de leur zoo new yorkais vers le monde sauvage. Si on rit souvent, si les personnages sont un peu fouillés ( retour aux sources pour le Lion carnivore, désir de liberté pour le Zèbre,... ), le tout tourne court, et finalement n'est pas très inventif. Des dessins un peu cartoon qui font plaisir, une belle ambiance, mais un film destiné aux enfants, et uniquement.
#Cinema Passionné & Producteur ❘ Explorateur en #Storytelling #Socialmedia & #Transmedia ❘ Intervenant universitaire ❘ Chroniqueur @onlike ❘ #chocolat

Verrouillé