M6

Le petit écran autre que les séries : films, émissions, jeux, journaux, animateurs, pubs, docs...
Répondre
Avatar de l’utilisateur
grrrr
karma police
Messages : 1263
Inscription : 30 Jan 2004, 15:45
Profil Last.fm : saintkro
Localisation : sur terre par intermittence...
Contact :

Message par grrrr » 15 Juin 2005, 00:33

:><:

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 15 Juin 2005, 10:39

SamuraiEdge Ecrit le 13 Jun 2005, 09:50 :
C'est pas trop tôt est une emission assez étonnate car composée à 70% des autres émissions d'M6. En clair, c'est quasiment que le l'auto-promo !  Mais le pire dans cette emissions c'est quand même Max... Peux pas le saquer celui-là, c'est la caricature du mec qui crois être drôle mais ne l'est absolument pas


Donc voilà: Pierre Mathieu, animateur du lourdingue "Grand zapping de l'humour" va prendre en main la tranche matinale de M6 à la rentrée ! Il prendra la succession de Max,animateur durant deux saisons de "C'est pas trop tôt".

Quant à Cyril Hanouna (Cf à l'insolite du net ou il balançait plein de chose) , selon VSD, M6 souhaite lui confier une émission hebdomadaire déjantée ! En prime,sur une chaîne cablée du groupe.
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

Avatar de l’utilisateur
SamuraiEdge
wonderwall
Messages : 926
Inscription : 01 Oct 2003, 17:56
Localisation : Who knows ?...
Contact :

Message par SamuraiEdge » 15 Juin 2005, 11:38

Donc voilà: Pierre Mathieu, animateur du lourdingue "Grand zapping de l'humour" va prendre en main la tranche matinale de M6 à la rentrée ! Il prendra la succession de Max,animateur durant deux saisons de "C'est pas trop tôt".
Pierre Mathieu, c'est le mec avec un sourire de cheval et qui arrête pas de regarder la caméra quand il parle ? Arhg, non ! C'est encore pire !!! :wacko: J'ai beau l'avoir croisé l'autre jour dans la rue (Permettez, je me la pète :cool:), c'est quand même un gros blaireau !

:lol:

Pour ce qui est des "tops", j'en connai aucune. Mais bon dans le tas (les tas ?...), y'en a quand même pas beaucoup de bien... C'est très commun tout ça... Il faudrait peut-être réexpliquer à M6 le sens du mot "top-modèle"... <_<
-- Worker Bees can leave / Even Drones can fly away / The Queen is their Slave --

mouzillon
whoo! alright - yeah...uh huh
Messages : 341
Inscription : 09 Juil 2004, 15:31
Localisation : Rennes

Message par mouzillon » 15 Juin 2005, 12:24

Oh la la, je les connais toutes (j'ai fait de grandes tournées dans le nord-ouest), et c'est une catastrophe, la plupart sont de très mauvais coups. Pas consentantes du tout, il a fallu les forcer pour qu'elles comprennent quel bonheur les attendait. En plus, moi ça me stresse les filles réticentes, je deviens désagréable, grossier, violent, et ça me fait mal dans mon petit coeur... sad.gif
Nous pourrons donc retrouver dans 9 mois toutes ces jeunes sur France 2 dans un ça se discute spécial "Je cherche le père de mon enfant, rencontré lors une soirée donc je n'ai aucun souvenir, ceci du à un mélange alcool-médicament qu'il m'a forcé à faire".

Vilain va! :mad:

PS: Au fait tu as le bonjour de ma soeur et de son petit Kyny qui vont très bien.
If not now, when?

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 27 Juin 2005, 13:57

Top Model 2005:

Image

Il faut maintenant se demander ce que va donner cette émission car après s'être concntré sur les futurs star de la chanson.(Popstar, la nouvelle star...) On veut nous trouver la futur bombe des magazines de modes. L'émission est pour bientôt, donc futur résumé et audiences à paraitre. :Ph34r:
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 28 Juin 2005, 13:10

Le jury pour les sélections de la comédie musicale de M6:

M6 en collaboration avec Michel Fugain (rappelez vous le Big Bazar) devrait mettre à l'antenne fin août ( juste avant Star ac ?? ) selon Mathieu Brughera d' Ici Paris, l'émission hebdomadaire dans laquelle des jeunes postulent puis se forment pour une comédie musicale.

Comédie musicale écrite et mise en scène par Michel Fugain, lequel prend part au jury en compagnie de Roger Louret et le producteur Jean Claude Camus.

Toujours selon Mathieu Brughera, M6 aurait signé pour huit émissions.
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 15 Juil 2005, 13:41

Top Model 2005: Episode 2

Cette semaine, nos douze apprentis mannequins rentrent un peu plus encore dans la peau d'un top model ! Au programme : relooking et séance photos, l'aventure commence…
Et comme cette année, la mode est aux blondes, les coiffeurs s'en donnent à cœur joie. Lucie, Nausicaa et Marie se transforment toutes en Marylin en trois coups de ciseaux. Pour la première, c'est un choc, elle cherche même du réconfort auprès de Fred Farrugia qui s'empresse de la rassurer. Toutes les filles sont ravies de passer la journée à se faire dorloter. Maude laisse échapper quelques larmes tandis qu'Emmanuelle cherche la couleur parfaite. Après de longues heures devant le miroir, le résultat est impressionnant.

Place ensuite à l'objectif. Et pas n'importe lequel… C'est sous la houlette du grand Karl Lagerfield que nos douze modèles vont poser. Entre excitation et stress, les filles ont du mal à se lâcher. Pour certaines d'entre elles, c'est la première séance photos. Le couturier vedette, emblème de la marque Chanel, tente bien de les détendre mais que de patience ! Après des premiers clichés d'approche, des photos de groupe, les filles défilent une par une devant l'appareil : elles sont sublimes.

Malheureusement, tout a une fin. C'est à présent l'heure des délibérations. Qui sera éliminé cette semaine ? Le jury est hésitant. Audrey, Blyvy et Alexandra sont en balance. C'est finalement cette dernière qui est gentiment inviteé à quitter l'aventure.

Plus que onze candidates en course. Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel épisode de Top Model 2005.

Site officiel M6
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 29 Juil 2005, 13:08

M6 diffusait - sans réel succès d'audience - Panique en cuisine, nouvel avatar de la télé réalité. Des restaurants en difficulté faisaient appel à un trio de "professionnels" : Jean Pierre Coffe, le cuisinier Christian Etchebest et la restauratrice Caroline Rostang. Comme par miracle, après quelques jours de présence de ces derniers, les deux établissements connaissaient un net redressement.

Parmi les deux établissements figurait le Neubourg dans l'Eure. Le mensuel Entrevue a eu l'excellente idée de retourner dans ce restaurant quelques mois après le passage des "experts". Le bilan n'est pas extra, loin de là...


Extraits de l'interview de Nadia, ex-cuisinière ( à découvrir en intégralité dans Entrevue numéro 157 ) :

"Les semaines précédant l'arrivée des équipes de M6, Christèle, ma patronne, travaillait en cuisine. moi, j'étais en salle, du côté restaurant. Or, M6 a exigé qu'on revienne à la situation initiale ( Nadia en cuisine, Christèle en salle ) pour pouvoir filmer le changement. Tout çà, c'est de la comédie !

Sous les conseils des experts, j'ai été replacée en brasserie alors que je n'y conaissais rien. Là, je me suis dit qu'ils se foutaient de nous ! Ils ont poussé une restauratrice à se casser la gueule !

Ils ont saboté un service du midi en emmenant Christèle au marché toute la matinée. A 11 heures,rien n'était prêt ! Ensuite, ils ont décidé de modifier l'organisation des deux salles, tout juste avant l'arrivée des premiers clients. On était perdus et ils l'ont fait exprès (...)

Le tournage a failli s'arrêter parce que la directrice était dans une colère folle ! Mais elle a dû s'arranger avec M6..."


Nadia après le tournage a eu une mise à pied de 15 jours, puis a été virée, selon son témoignage...



Selon Entrevue, les experts ont interverti deux fois les rôles entre la cuisinière et la propriétaire ; ils ont sciemment coulé (selon le mag) un service pour filmer une évolution frappante. Christèle a voulu tout stopper, mais la production a su être convaincante.


Toujours selon le magazine, la patronne a abandonné la nouvelle carte concoctée par les experts de M6 pour revenir à une ancienne formule plus en accord avec sa clientèle normale.


Enfin, Entrevue fait part des problèmes de personnel : l'apprenti cuisinier Stephane a quitté la restauration, Alexis le serveur a témoigné aux prud'hommes contre Nadia, la cuisinière, et Katia, la responsable de salle a fait une depression nerveuse...

Donc merci qui? merci M6....
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 25 Août 2005, 23:26

N'en déplaise à certain(e)s, c'est Alizée qui est le "Top Model 2005" de M6, et c'est très bien. Enfin je dis ça, je n'ai regardé que ce soir, et sur les trois finalistes, et ben elle est la plus... sympa. ^^

J'en profite pour lancer "Onlike Casting 2005", où toutes les jeunes filles qui le souhaitent peuvent m'envoyer photo + lettre de motivation + photo + photo, et la gagnante se verra offrir une soirée (et une nuit) inoubliable... :rolleyes:

(bah oui quoi, pourquoi y'aurait que TF1 et M6 qui pourraient?)

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 26 Août 2005, 20:21

Nous commençons cette 8ème soirée perdue avec un cours de ju-jitsu et un champion du monde qui ne s’appelle même pas Zidane (si, ça existe !). Au Parc des Buttes Chaumont, les trois grâces enchaînent les exercices puis pratiquent un petit combat entre elles. Manque plus que la boue… et au fait, ça fait dix minutes que ça a commencé et elles ne sont ni en lingerie ni en maillot de bain. Alors Monsieur 6 ? On se résigne à ne pas faire d’audience ?

A l’issue du ju-jitsu, les filles rencontrent un metteur en scène qui va essayer de leur faire exprimer un peu d’émotion. Nous assistons donc à un cours de théâtre lors duquel Emmanuelle réagit de manière agressive. Karen, pour sa part, raconte sa vie et fait la morale. On dirait du Zola récité par Maître Yoda. Une petite larme plus tard, Alizée rentre à son tour sur la scène. Avec des trémolos dans la voix, la suissesse évoque la misère dans le monde. Notons qu’à l’arrière plan, Emmanuelle s’est littéralement endormie. Elle repense aux épisodes précédents ou quoi ? Après cette séquence digne de « l’humeur du jour » bientôt remise au goût du jour par notre Raffie nationale, le metteur en scène les met à l’épreuve sur un exercice d’improvisation. Une fois encore, Emmanuelle cale et se met à pleurer. C’est vrai qu’elle était la seule à ne pas avoir encore chialé dans les 5 dernières minutes. Voilà qui est réparé. C’est ça aussi le secret des émissions de prestige, l’équilibrage dans le montage…

Après le théâtre, les filles se retrouvent en studio pour une séance de shooting avec un photographe prestigieux (Ali Mahdavi… tu connais pas ? pfff, trop nul…). On se coiffe, on se pomponne, on s’habille et on se fait prendre en photo. Mention spéciale aux illustrations sonores avec notamment du Marylin Manson et sa reprise de softcell (tainting love). Ne riez pas, vous penserez à moi vendredi prochain, quand Star Academy reviendra avec ses reportages illustrés avec David et Jonathan…Je les entends d’ici « Est ce que tu viens pour les vacances…la la la la lalalala » Vous trouvez que je m’égare ? C’est vrai mais, en même temps, l’émission de ce soir est si inintéressante qu’il faut bien que je m’occupe… Pendant ce temps, Karen fait un petit caprice parce qu’elle a les oreilles collées et les yeux tirés. Et si on l’appelait grincheux ?

Après ce shooting dont nous nous souviendrons longtemps (ou pas…), les filles rencontrent une (vraie) top model : Fernanda Tavares. En compagnie de l’une des 5 plus belles filles du monde, nos trois apprenties essaient des robes de soirées pour sortir ensuite au restaurant et enchaîner quelques pas de samba brésilienne. La vraie vie quoi !

Comme Top Models 2005 est une émission où il y a une énorme diversité dans les sujets, nous allons maintenant avoir droit à un… shooting. On peut dire ce que l’on veut, la créativité dans un programme télé, c’est important…Donc, on les coiffe…encore, on les maquille…encore…, on les habille…encore…, on les prend en photo… encore…, avec Lagerfeld… encore… Parce que je suis consciencieux, je vous précise néanmoins que cette séance a lieu dans les rues de la capitale, aux pieds de différents monuments et sur les quais de Seine. Grincheux en profitera pour râler un peu parce qu’Alizée se débrouille mieux qu’elle pour être sur les photos. Par ailleurs, le grand couturier allemand glissera à Caroline un commentaire assassin sur Grincheux (Elle n’aurait qu’une seule expression de visage à offrir). Tcheu ! ça balance…

Le bout du tunnel n’est plus si loin. En route pour la grande finale et le défilé à l’issue duquel le jury donnera son verdict et proclamera le prénom de l’heureuse élue. En attendant l’heure fatidique, nous avons droit à des résumés sur chaque candidate commentés par le jury et agrémentés par les répétitions de l’ultime défilé. Grincheux est jugée trop hautaine, trop sûre d’elle et capricieuse. Emmanuelle est jugée élégante, courageuse mais trop renfermée, peu communicative. Enfin, Alizée, est jugée sincère, respectueuse, photogénique mais pas assez musclée pour faire des défilés.

Juste avant le défilé, les 7 anciennes candidates font une brève surprise à nos trois finalistes. Assez cancané, au taf ! Le défilé démarre en robes du soir et se poursuit … en robes du soir. Ca continue en lingerie et se termine en robes du soir. Le temps d’une dernière délibération, Patrick annonce le verdict final et c’est Alizée qui est sacrée Top Model 2005

La citation du jour revient au courageux Lagerfeld qui gagne une langue en bois massif: «La gagnante, ce serait une qui aurait un petit truc de chacune des trois». Mention spéciale à Katoucha et son bientôt célèbre : «Tu lui a poudré les fesses ?»

Ainsi s’achève cette série de résumés très courte du fait que j'ai pas vraiment regardé sauf hier soir en speed de la (seule) saison de top models

Voilà, ça, c’est fait…

Pour ce qui est de l'audience autant le dire ça été un bide du début à la fin même en rediffusant le samedi!
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 02 Sep 2005, 19:23

Le pensionnat de Sarlat: Episode 1

Les nouveaux pensionnaires arrivent sous le soleil de Sarlat accompagnés par leurs parents. Le soleil brille, les oiseaux chantent… pour l’instant… L’accueil est assuré par M. Faniaux, le surveillant général et de Mlle Biorrel, spécialement chargée des filles (quand on est un garçon, c’est plutôt une bonne nouvelle).

Les élèves et les parents font connaissance avec le corps professoral ainsi que du directeur alias M. Navarron. Ce dernier annonce la couleur avec un objectif de 80 % de réussite au BEPC

La petite troupe fait la visite du pensionnat avec, notamment, la salle Sainte-Hélène qui n’a pas l’air très conviviale, le dortoir et les douches attenantes à la cour qui ont l’air plutôt spartiates. Au foyer, une garde robe des 60’s attend les filles alors que les garçons passent chez le coiffeur pour une coupe à la mode (z’avez déjà vu Dave à 14 ans ?).

Les essayages vestimentaires donneront l’occasion aux filles de planquer des objets interdits genre un portable. Manque de bol, les portables se mettent à sonner, ce qui alerte Mlle Biorrel. Faut dire que dans les années 60, ils n’avaient pas inventé le vibreur, alors forcément, c’est logique…
Les garçons sont plus inventifs avec notamment Emilien qui planque son GSM dans son slip, heureusement qu’ils ne l’ont pas encore inventé le vibreur…

Une fois les parents congédiés, les élèves ont droit au premier rassemblement dans la cour pour entendre le sermon de Navarron. A l’issue de ces hurlements, les élèves enchaînent directement avec un examen blanc du BEPC.

Le premier professeur à se présenter devant les élèves est Mme Dubourguet qui les met tout de suite au jus, «à la Navaron». Première dictée à l’ancienne, c’est rigolo mais pas autant que la tête des minauds à la vue de la soupe aux choux du soir ! Le dîner sera l’occasion pour Mlle Biorrel, le surgé et Navarron d’asseoir leur autorité en mettant une fille au coin ou en hurlant sur une autre victime. Il est maintenant 21h00 donc dodo !

Enfin presque…

Il fait nuit lorsque Gaétan et un complice s’aventurent dans les couloirs du pensionnat pour enchaîner bataille de farine en cuisine et visite dans le dortoir des filles ; Tout cela n’est pas très malin car cela réveille Mlle Biorrel qui envoie une jeune fille directement contre le mur les mains sur la tête pendant 30 minutes (et c’est long 30 minutes, c’est un demi épisode de top models, pour vous dire…).

Le réveil est difficile chez les filles. La preuve : Hawa réussit à mettre sa robe à l’envers. «il me semblait bien» se défendra t’elle…

L’anglais sera la première matière de la matinée. Lors de ce cours, de petits monstres lancent des jets d’encre dans le dos de la prof. Conséquence : rassemblement et que les fautifs se dénoncent !

Le second cours concerne le français avec une rédaction dont le sujet est « décrivez vous ». Quelques extraits pour vous faire entr'apercvoir le niveau : «je suis une personne molle» «je déteste l‘école car l’école me déteste» «je n’aime pas qu’on me commande» «je préfère aller dans le palace de ma femelle». A l’écoute de ces perles, je dois tirer un grand coup de chapeau à l'équipe de production : Ca, c’est du casting ! du quatre étoiles grand luxe !

Gaétan, pris de remords, avoue de son plein gré avoir jeté de l’encre sur le chemisier de la prof d’anglais. La confession faite à Mlle Biorrel et M. Navarron, le jeune sauvageon écope d’une sanction symbolique.

Le cours suivant aborde les mathématiques. Les élèves passent une évaluation composée d’une équation à une inconnue et d’un exercice de géométrie. La dernière épreuve concerne l’histoire géographie et quelques questions sur Napoléon et une carte de France à compléter.
Nouvelle salve de perles issues des copies, mais je ne peux pas vous les rapporter toutes parce que c’est difficile de taper du texte en hurlant de rire (Ma préférée c’est : «Napoléon était au parti socialiste»).

Dans l’après midi, Mlle Biorrel a pratiqué une fouille dans le dortoir des filles et a retrouvé un portable (allumé !) du parfum, des gourmettes, … du lourd quoi !

Lors de la seconde nuit, ce sont les filles qui partent en expédition punitive dans le pensionnat. Las ! le surgé veille et les tope en deux temps trois mouvements. Va quand même falloir leur expliquer que ce n’est pas très discret de se balader en pleine nuit avec un cameraman équipé d’un projecteur. La sanction consistera à rédiger une rédaction dont le thème est : « Qu’est ce que la confiance ? A qui peut on la donner, à qui peut on la refuser ». Elles ont deux heures… et comme il est déjà minuit, la nuit sera courte !

Le lendemain, la professeur de français rend les rédactions et demande à Fabien de lire sa prose. Avec un peu de chance, le site web de Monsieur 6 éditera cet essai littéraire ce qui vous permettra d’en juger la haute portée philosophique.

Le déjeuner dont le menu est composé de tripes à la mode de Caen se déroulera avec un incident majeur lors duquel Carolina ira d’abord au coin, puis se fera expulsée du réfectoire de manière musclée.

En mathématiques, Fabien se fait toper au morpion et se trouve expédié en salle de surveillant où Mlle Biorel lui fera la morale et le consignera jusqu’à nouvel ordre. A peine le dos de la demoiselle tourné, le jeune Fabien en profite pour jouer au foot dans la salle puis dans le couloir. Conséquence : Direction Navaron ! Quelques pages d’écriture en guise de punition semblent trop pour Fabien car il essaie de négocier sa sentence avec le directeur. La négociation tournera court avec, en guise d’argument massue, une visite de la chambre sainte-hélène, propice au recueillement et à la méditation transcendantale.

J’en profite pour vous faire la démonstration de ce que l’on appelle « être raccord ». Sainte-Hélène est le nom de l’île où Napoléon finira ses jours, isolé du monde et sous surveillance. Donc le nom de la salle austère du pensionnat est plutôt bien choisi si l’on prend en compte cet aspect historique des choses. La boucle est bouclée lorsque l’on sait que Napoléon est au programme d’histoire pour le BEPC. Qui a dit qu'on apprennait rien chez Monsieur 6 ?

Au troisième jour, c’est la remise de récompenses. Les résultats scolaires sont évalués ainsi que le comportement au pensionnat. Ainsi, quand on est sage, on gagne 2 bons points pour bonne conduite et c’est la chambrée qui a le plus de bons points qui gagne. En salle d’honneur, Navarron annonce que seuls 3 élèves sur 24 ont la moyenne aux évaluations. Les deux plus mauvaises chambrées écopent de la corvée de linge (lavage, repassage, rangement… faut qu’ils viennent chez moi…).

Pour clôturer cette belle soirée, Gaétan, Fabien et un troisième complice ont mis à sac la salle Sainte-Hélène réduisant le mobilier des années 60 à une œuvre très contemporaine inspirée de la théorie du chaos.

Cela déclenchera l’hystérie de Navarron… la semaine prochaine !
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 22 Oct 2005, 14:46

Selon la régie publicitaire de M6, la petite chaîne qui monte lancera dès le mardi 1er novembre l’adaptation française de Brad camp.

Le concept est le suivant : 6 familles qui font face à des adolescents particulièrement difficiles, sujets à l’échec scolaire, à des crises de violence physique et verbale, ou encore à la drogue font le choix d’envoyer en dernier recours leurs enfants au Canada, au sein d’un centre basé en pleine nature et encadré par des éducateurs spécialisés. Ce camp s’appelle « Canadventure Education ». Il s‘agit d’un centre réputé de "thérapie par la nature" (wilderness therapy) qui, pour la première fois, va recevoir des adolescents français afin d’essayer de les aider.

Pendant 40 jours, à travers des excursions et activités ludiques dans un environnement en rupture avec tout ce qu’ils ont pu connaître, ces adolescents tenteront de remettre leur vie sur le droit chemin.

L’émission sera diffusée de façon hebdomadaire durant quatre semaines consécutives.

Donc une nouvelle 1ère compagnie... et grande bataille entre M6 et TF1 que se soit sur la télé réalité ou la Coupe du Monde!
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 22 Oct 2005, 14:50

Le pensionnat de Sarlat: Résumé complet.

Au matin de ce premier jour, on apprend que la classe devra élire ses délégués. En cours de français, nous assistons à une bataille d’encre qui aura tôt fait de déclencher l’ire de Navaron. Je sais, je fais le malin avec des mots savants comme l’ire et tout et tout mais en même temps, c’est le cours de français, alors je suis raccord ! Les élèves fautifs en seront pour un nettoyage en règle de la table souillée.

C’est alors que Navaron prend connaissance des ravages dus au cyclone qui s’est abattu sur la salle Saint-Hélène. Ne faisant ni une ni deux, Navaron sonne le clairon du rassemblement et les trois lascars se dénoncent devant leurs camarades. Navaron les emmène ranger la salle en désordre et Gaétan en profite pour faire le malin et écoper d’un isolement dans la dite salle jusqu’à nouvel ordre.

Dans l’après-midi, les garçons devront bricoler un solex en cours de mécanique alors que les filles prennent leur premier cours de dactylographie avec mademoiselle Biorel (ah… Biorel, ses lunettes, son chignon, son air pincé… amore…amore…)

Pendant ce temps, Navaron rend visite à Gaétan qui a rédigé une lettre d’excuses. Et cela fonctionne plutôt bien car nous observons un Navaron attendri qui laisse une chance au jeune Gaétan de s’en sortir s’il rédige une nouvelle lettre dans laquelle il devra se découvrir.

Nous sommes maintenant en cours de Sciences avec pour sujet : les maladies vénériennes. Pfiou ! c’est compliqué ! c’est beaucoup plus facile de choper la ch'touille que de l’expliquer !

Concernant les délégués de classe, les candidats doivent rédiger un discours de campagne qu’ils proclameront devant leurs camarades le lendemain matin. Pendant ce temps, quelques filles mettent au point un dortoir buissonnier. Grâce à la discrétion qui les caractérise, les jeunes filles se retrouvent prise en chasse par Navaron et Biorel, les muscles tendus, le poil raide et la truffe humide… Une fois taupées, les files écopent d’une dictée.

Lors du premier cours du lendemain, nous assistons aux différents discours des candidats aux délégués de classe et c’est franchement aussi passionnant qu’un défilé dans top models 2005 (le bikini en moins…).

En cours de mathématiques, nous assistons à une altercation entre Fabien et le professeur. Le jeune cancre ira en salle de surveillant où le surgé lui passera un savon incompréhensible mais sonore. En plus des exercices supplémentaires, Fabien devra rédiger une lettre d’excuses à son professeur. C’est très «mea culpa» cet épisode !

Fabien fera encore des siennes en cours de latin et se retrouvera expulsé… encore… Il fera l’idiot dans la cour et se verra enguirlandé… encore…C’est très « bis repetita » cet épisode !

Les surgés sont convoqués chez Navaron pour une remontée de bretelles. Le message est clair, «il y a un laisser aller dans la discipline donc merci de bien vouloir serrer la vis, remettez-vous en question, je veux pouvoir compter sur vous». Bref, les surgés se prennent une version et celle la n’est pas en latin. C’est très «domina, fouette-moi» cet épisode !

Une fois Françoise et Emilien élus délégués de classe, la chambrée ayant eu le moins de bons points part faire la corvée de lingerie (lavage et repassage de tous les vêtements du pensionnat).

Après un cours de coiffure assuré par mademoiselle Biorel avec la poupée Purdey, nous assistons au premier cours d’éducation physique et à la meilleure répartie de l’épisode : «vous n’êtes pas physiologiquement nanti pour m’affronter». Retenez bien cette phrase, elle pourra servir demain au cas où votre chef vous importunerait de bon matin…

Lors du premier conseil de classe, les délégués souhaitent un soutien particulier vis à vis de Gaétan. M. Faniaux profitera de cette réunion pour exprimer son amertume due à la remontée de bretelles de M. Navaron. Tout le monde semble consterné. Même Biorel se tortille sur son siège pour éviter d’éclater de rire et Navaron se moque effrontément de l’infortuné Faniaux, blessé dans son orgeuil.

Le classement de la semaine permet de décerner le tableau d’honneur à Grégoire (pas celui de la Star Ac, l’autre…) et Charlotte. Par ailleurs, Navaron décerne une mention spéciale à Gaétan et le bonnet d’âne pour Fabien et Roxanne. Pour sa part, Purdey (pas celle de chapeaux melons et bottes de cuir, l’autre…) prend un bal car elle passe de la seconde à la neuvième place.

7h30 : Pour cette 3ème semaine 4 nouveaux pensionnaires arrivent au pensionnat. Ils débarquent en la personne de plusieurs correspondants anglais. Le professeur d’anglais fait un dernier briefing avec les élèves avec leur arrivée : « This is not a class, it’s a zoo, do you know what’s a zoo is ? ». Elle désigne ensuite Géraldine et Fabien comme ambassadeurs. Ils auront donc la tâche d’accueillir les anglais.

La venue des anglais n’enchante pas tout le monde. « On va leur faire la misère » explique Hawa. « On veut pas qu’ils draguent nos filles à nous (sic) » renchérit Gaétan. Les élèves apprennent l’hymne en anglais sous la direction du professeur de chant. Purdey qui s’est faite exclure du cours devait aller chez le directeur mais n’a pas obtempéré. A la surveillante qui vient lui faire la leçon elle répond des tremolos dans la voix: « Je me fous je vais chez l’infirmier j’irai pas en cours, j’ai trop mal, vous avez aucun cœur sérieux (pleurs), je m’en fous je vais rentrer chez moi, j’irai pas en cours (pleurs) !!! ».

Purdey est sommée d’aller voir le directeur avec son amie Roxane. Roxane est autorisée à partir puis M. Navarron dans un premier temps anormalement calme, se lève ensuite en furie et s’exclame « Si votre professeur vient chez moi c’est qu’elle a des raisons, vous allez à Sainte-Hélène tout de suite et vous y passerez le temps qu’il faudra !!!! ».

En salle Sainte-Hélène, il demande à Purdey de faire une rédaction de type classique. Les élèves s’apprêtent à accueillir les correspondants anglais. Ils préparent le dortoir de façon à leur façon avec au menu détérioration des brosses à dents et des draps. « Elle se sont brossées avec les brosses mais pas à l’endroit où c’est déstiné…j’en dirai pas plus » lance hilare l’une des filles. « Ils ne vont pas revenir en France de sitôt » ajoute l’un des pensionnaires.

Les correspondants qui sont au nombre de 4 (2 filles et 2 garçons) sont accueillis avec l’hymne national anglais chanté par les pensionnaires. M. Navarron fait son speech puis présente aux britanniques leurs parrains que sont Fabien « for the boys » and Geraldine « for the girls ». Fabien fait très vite des progrès en anglais au contact de l’une des filles avec des phrases du type « You are very beautiful ».

Vient le moment où les correspondants découvrent les règles du pensionnat avec le surveillant général avec entre autres l’impossibilité de garder des parfums et autres sprays. « You can easily hide it » précise l’un des pensionnaires aux correspondants devant le surveillant qui évidemment ne comprend pas un traître mot de la langue de Shakespeare.
Durant la nuit, les garçons s’échappent du dortoir pour retrouver les filles. Les correspondants anglais sont également de la partie. Le projet de la soirée : Vider toutes les tables de la salle de classe. A 2h du matin, M. Fagnon qui fait sa ronde ne s’est aperçu de rien. Le lendemain matin, la salle de classe est évidemment sans dessus dessous. Le surveillant fait son rapport en indiquant à M. Navarron que tout s’est parfaitement passé. Quand quelques minutes plus tard, les professeurs découvrent l’état de la salle de classe. Le professeur d’anglais et le surveillant général demandent aux élèves de faire avec et de ne pas s’en préoccuper. M. Fagnon qui n’a visiblement pas l’âme d’un leader va demander des conseils à la surveillante des filles et se fait remonter les bretelles. « Je vous demande pas de me dire ce qu’il fallait faire, je vous demande un conseil » répond penaud M. Fagnon. Il certifie au directeur que les élèves ne se sont pas levés pendant la nuit puisque dit-il « J’ai très peu dormi ».

M. Navarron fait intrusion dans le cours du professeur d’anglais. Il leur donne 30 minutes et pas une de plus pour remettre toute la classe en place. Comme les élèves prennent du temps pour obtempérer il fait deux fils (garçons et filles) puis leur annoncent qu’ils feront du sport pendant 2 heures de leur tenue de classe.
Il dirige la mise en ordre de la salle de classe en prenant le temps de dire à M. Fagnon qu’il en a marre de faire son travail à sa place. Le professeur de sport fait son apparition et demande aux élèves des pompes, des sautes puis des tours de pistes dans la cour.

Un peu plus tard, M. Fagnon convoqué chez M. Navarron se voit entendre dire qu’il ne pourra pas aller au camp de nature organisé dans le camp de nature ceci afin qu’il puisse se reposer tout en faisant le point sur sa profession et les erreurs qu’il a pu commettre. Il n’estime pas avoir fait d’erreurs dans les dortoirs.

M. Fagnon finit un peu tardivement par réprimander les élèves. Pablo considère que M. Fagnon est à côté de la plaque au motif qu’il ne dort pas deux heures par nuit comme il le prétend mais 12 heures. :)

En cours de physique, M. Brun enseigne aux élèves la découpe d’un œil. Fabien qui s’est cru dans une épreuve de Koh Lanta avale l’œil sous les « Ahhhhhhhhhh ahhhhhhhh aahhh » de ses camarades horrifiés.

Entre deux cours Priscillia et Morgan changent le contenu de la bouteille d’huile de foie de morue. Elles remplacent l’huile par de la fleur d’oranger. Les élèves reçoivent un peu plus tard le courrier de leurs proches.

Les filles parmi lesquelles Hawa lancent un pari visant à sortir avec l’un des deux anglais. Le professeur de sport fait une visite pour demander aux garçons de faire des exercices physiques dans la cour. « Mais monsieur vous voulez quoi ? La souffrance ? » lance l’un d’entre eux au professeur.

Le lendemain 7h30, la surveillance des filles réveillent les filles et leur explique qu’elles ont piscine. Les maillots sont estampillés années 60 date à laquelle le bikini n’existait pas encore. Mademoiselle Bihorel ne s’aperçoit pas au moment de distribuer l’huile de foie de morue qu’il s’agit de fleur d’oranger.

De retour en cours, les élèves anglais préparent un compte rendu des premiers moments passés au pensionnat. L’accent british en prime, ils expliquent « En arrivant nous avons découvert que la lit était pleine du contenu de le poubelle ». :)

Chez les filles des clans se forment. Elle refuse de descendre au déjeuner. Elle reproche à certaines filles de dire des méchancetés sur elle. Mademoiselle Bihorel explique à M. Navarron que certaines filles parmi lesquelles Purdey ont ouvert la fenêtre en lui disant ni plus ni moins qu’elle n’avait pas qu’à se jeter par la fenêtre si elle n’était pas contente. M. Navarron toujours aussi intraitable explique qu’il fera une enquête et qu’il va probablement sévir.

Les filles ne veulent pas s’excuser « Elle cherche la merde maintenant qu’elle l’a qu’elle ne se plaigne pas » lance lui d’entre elle.
L’heure du conseil de classe a sonné. Les délégués expliquent au professeur que les élèves trouvent qu’elle n’est pas très tolérante. Emilien indique ensuite qu’un groupe de 4 filles assez manipulatrices créent des conflits autour d’elles. Dans la cour, le directeur annonce qu’avec une moyenne de 16,8 mademoiselle Maéva est première. Mademoiselle Purdey a 7,9 et Mademoiselle Carolina qui a 1,2 de moyenne sur 20 est bonnet d’âne. Françoise passe de 9 à 12.

Avec 16,2, Grégoire est premier chez les garçons. Il est suivi par Kevin avec 14. Fabien est dernier puisqu’il passe de 3 à 4 de moyenne. Gaétan est encouragé à continuer. M. Navarron convoque ensuite Purdey et Roxane dans son bureau. Il indique aux filles que ce qu’il a attendu à propos des critiques négatives faites à certaines filles sont choquantes. Purdey se défend en indiquant que tout est fait pour rigoler et que tout cela est faux. « Vous nous avez bien regardé on a la tête de celles qui font peur à quelqu’un ». A Navarron qui lui demande de se remettre en question Purdey « Ben voilà c’est fait mais je vois pas le problème ».

Les élèves prennent la direction de la campagne. M. Fagnot ferme les portes du pensionnat et profiter du repos que M. Navarron lui a sommé de prendre. Après une demi-heure de marche sous le soleil, les élèves s’arrêtent dans un pré qui sera le lieu de résidence pendant 3 jours. Le professeur qui dirige les opérations d’une main ferme est le professeur de sport.

Sous ces ordres ils installent avec de grandes difficultés la tente. « Il me saoule lui il se prend trop pour notre père, on a peut être que 15 ans mais on va lui en faire baver » explique Gaétan. Pour l’heure ce n’est pas à l’ordre du jour (sic) puisque Fabien trop turbulent se voit demander d’exécuter sur le champ une série de pompe.

Quelques minutes plus tard, c’est la pluie qui s’invite. Sous un déluge, quelques pensionnaires tentent de terminer l’installation de la tente. Le professeur de sport se dit fier de leur détermination des plus téméraires d’entre eux. Au moment du déjeuner, M. Navarron fait son apparition. Il ne peut évidemment pas faire autrement que faire du Navarron à savoir hausser le ton sans prévenir et sans réelle justification. Le soir venu, les pensionnaires multiplient les chants au coin du feu parmi lesquels « Retiens la nuit etc etc ».

Le lendemain monsieur Bale réveille énergiquement tous les récalcitrants. Dans la foulée cours de gym suivit d’une douche froide. Un peu plus tard, Lucas pète littéralement un câble suite à un ordre donné par M. Bale : « Je prends mes affaires et je me tire, ne me touchez pas !!! Mais je vous enbip !! Je le pense ».

M. Brun et le professeur de mathématique préparent une course d’orientation. Chaque équipe devra effectuer un parcours de même distance pour rallier le camp. Sur leur parcours, ils devront répondre à 5 énigmes et constituer l’herbier demandé par M. Brun. Ils seront aidés par une boussole.

L’équipe de Fabien est vite en tête. Cependant ce dernier décide d’aller s’aventurer dans les bois et fait perdre un temps précieux à ses camarades. « Tu emmerdes le monde t’es en train de faire perdre tout le monde » lui explique M. Brun dès son retour.

M. Brun aura finalement raison puisque l’équipe de Roxanne arrivera avant celle de Grégoire. Comme l’an dernier, l’aventure permet à quelques couples de se former.
Gaétan et une française. Purdey et un anglais qui confie face caméra : « J’aime bien le french kiss tu touches plus que les anglaises. En plus j’ai pas besoin de parler, comme elle parle tout le temps, elle parle à ma place ». Après une représentation publique du corbeau et du renard, M. Bale cherche à mieux cerner Fabien et le courant passe entre l’homme et le jeune adolescent. A l’heure du déjeuner, les perdants du jeu d’orientation se voient dans l’obligation de servir leurs camarades-vainqueurs.

La nuit venue, un spectacle d’improvisation s’improvise (sic). M. Fagnon et M. Bale ainsi que les autres professeurs se voient caricaturer. M. Navarron mime Gaétan avec succès juste avant que M. Bale s’occupe du cas Fabien. M.Bale gagne des points au niveau de l’estime des élèves. Fait exceptionnel les élèves pourront dormir à la belle étoile. Le lendemain matin viendra l’heure du retour à la vie normal du pensionnat de Sarlat.

Hawa est déterminée à ne plus être bonnet d’âne cette semaine. Une fois de retour au pensionnat, M. Bale tire sa révérence et donne le relais à un M. Fagnon regonfler à bloc et déterminé à sévir. M. Bale les quitte les larmes aux yeux. Remercié publiquement par les élèves pendant le déjeuner il répond des trémolos dans la voix qu’il espère qu’ils passeront de nouveaux bons moments ensemble avant la fin de l’année scolaire. « M. Bale il est bien ce prof là, il est trop tigen » explique Gaétan face caméra.

Dans la foulée, M. Navarron explique que sous réserve d’un comportement exemplaire il sera organisé une boum dans le foyer en l’honneur du départ des anglais. Les pensionnaires se préparent donc pour cette boum d’adieu. Au programme des chansons cultes tels « Capri c’est fini ». Adrien et sa copine, Gaétan et Charlotte les couples fraîchement formés multiplient les questions existentielles. « Si elle a autant de sentiments que moi j’en ai pour elle c’est qu’elle m’aime » explique Adrien avant que Gaétan n’explique à propos de sa relation avec Charlotte : « Je sais très bien qu’on se reverra pas après, faut pas que je m’attache, je peux m’attacher…non faut pas que je m’attache ».

Le lendemain matin, les anglais se lèvent de bonne heure sous la direction de M. Fagnon. Françoise regrette le départ de Nick et Alex avec qui elle parlait beaucoup. Après 9 jours passés au pensionnat c’est l’heure du départ pour les 4 ex-pensionnaires britanniques. Ils ont 3 minutes pour dire au revoir à leurs amis avant que M. Navarron ne les raccompagne à la gare en deux chevaux.

Purdey et Françoise en larmes sont les plus touchées par ce départ. Françoise se défend d’être tombée amoureuse et parle d’une belle amitié. L’heure de la réunion entre élève sonne. Elle permet de faire le point sur la discipline du pensionnat. Durant le conseil de classe, M. Bale est le seul à prendre la défense de Fabien. Lors de la cérémonie des récompenses, M. Navarron insiste sur l’attitude exemplaire de Françoise, Fabien Gaétan et Adrien.
10 élèves n’ont toujours pas la moyenne. Chez les filles, la meilleure élève est Maéva. La moyenne est de 17,40 sur 20. Hawa est bonnet d’âne. Kevin prend la première place chez les garçons avec 17 sur 20 de moyenne. Grégoire est deuxième avec 15,8. Rémy chute avec 5,4 de moyenne sur 20. Il est bonnet d’âne.

M. Navarron leur explique ensuite qu’à partir de demain, ils ne les lâcheront plus avec les professeurs même si pour cela ils doivent dormir peu.

un cours de français avec le « petit Nicolas » comme sujet. Trois des élèves ayant signé un pacte de bonne conduite profitent de l’intercours pour faire l’école buissonnière. Ni une ni deux, Mme Bihorel est lachée à la recherche des jeunes fugueurs et nous gratifie d'une course poursuite digne des grands films d’action hollywoodiens (non j’déconne, même Passe-partout court plus vite...) Après s’être fait topées, les filles sont conduites chez Navaron qui les envoie directement en cours à l’exception de Françoise qui se prend un sermon. Navaron se dit « déçu et même peiné ». Il la joue à l’affectif et ça marche car Françoise en prend gros sur la patate. Navaron a t’il compris que l’on pouvait torturer des enfants sans les rendre sourds ?

Au déjeuner, Fabien se fait expulser du réfectoire ce qui lui permettra de se lamenter sur son pauvre sort. Puis, lors du cours de mathématiques, plusieurs élèves font la sieste. Y’avait du cassoulet au menu ? Emilien se fait expulser pour copier 300 fois une phrase idiote qui n’a d’autre vertu pédagogique que d’apprendre à passer du temps en faisant quelque chose d’inutile. Le cours de mathématiques se poursuit à l’extérieur. Gaétan et Fabien en profitent pour se mettre à l’écart. Las, ils se font rapidement ramener au troupeau de manière musclée par le professeur de mathématiques. M. Navaron intervient et leur passe un savon bruyant. Chassez le naturel….

A l’issue de cet incident, Navaron remet une couche à Faniaux et estime que ce dernier doit se remettre en question de manière à être davantage efficace dans son rôle de surveillant général. Du coup, ce brave M. Faniaux tentera d’asseoir son autorité en intervenant lors de la classe de français. Le résultat est désastreux car tout le monde est mort de rire… y compris la prof ! Cette séquence est assez humiliante pour le surgé mais il faut bien avouer qu’il s’est mis dans cette position tout seul.

Le professeur d’anglais a organisé sa classe en groupe de niveaux, ce qui ne convient pas à Navaron. Il intervient en salle de professeur pour donner son avis sur cette initiative. La prof d’anglais prend très mal les remarques du Directeur et le recadre avec force, vigueur et conviction. Prof d’anglais 1, Navaron 0 !

Après la pub, nous assistons à une échauffourée entre Fabien et Vincent.. Bihorel joue la compréhension, Faniaux tente la diplomatie mais rien n’y fait : ces deux là ne s’aiment pas et se le disent. On frôle même le bourre pif ! Comme d’habitude, Fabien est conduit chez Navaron qui l’isole en salle Saint-Hélène. Voilà comment on gagne une chambre particulière avec vue ! Même Faniaux joue les majordomes en lui apportant le repas sur un plateau. C’est franchisé Club Med ce pensionnat ?

La prof de français avait demandé à ses élèves de rédiger une rédaction en décrivant un camarade. Evidemment, Fabien et Vincent ont du se décrire l’un l’autre. Le résultat, c’est que ces deux là ne s’aiment vraiment pas. Je me répète ? c’est possible mais je ne fais que vous relater les faits alors si tout cela vous paraît redondant, il faut écrire à Monsieur 6 pour lui dire qu’il y avait moyen de faire plus court voire plus intéressant mais je m’égare… Je sais, je sais, on va encore dire que je fais du mauvais esprit, des critiques faciles avec des vannes à deux balles. En même temps, je fais ce que je veux, c’est moi qui rédige. Nananère ! Mine de rien, je viens de remplir ce résumé avec une bonne dose de rien agrémentée d’une valeur ajoutée proche du néant. Mais, malgré tout, vous avez lu ces dernières lignes… Et ben la télé, c’est pareil, c’est pas forcément intéressant mais on regarde quand même ! Je vous laisse quelques minutes pour vous recueillir et réfléchir sur cette prétentieuse démonstration.

La prof de français est décidément dans tous les bons coups puisqu’elle dispense également les cours de twist, de rock et de Madison. Avant le traditionnel conseil de classe, Emilien propose aux quatre meilleurs élèves de soutenir les quatre moins bons élèves. Cette initiative ne semble convaincre ni Navaron ni la prof d’anglais. Chacun aura son idée sur la question. Et vous, qu’en pensez-vous ? Forumeurs, à vous de parler !

Après la remise des prix et le sacre de Maeva et de Grégoire, Navaron décerne le bonnet d’âne à Hawa, Carolina et Fabien.

A la veille des examens, les révisions sont à l’ordre du jour. Les meilleurs vont soutenir les moins bons et c’est selon ce principe que Grégoire va aider Hawa, Françoise aide Fabien et Kevin aide Gaétan. M. Navaron vient faire un petit tour pendant la veillée de révision pour prendre la température et encourager les bonnes volontés.

Au premier jour d’examen, les festivités démarrent par l’épreuve d’anglais. Apparemment les garçons sont confiants alors que Françoise et Morgane ont échangé leurs brouillons. On continue avec l’épreuve de français avec une dictée et une rédaction. Dans l’après midi, l’épreuve de mathématiques donnera du fil à retordre à nos pensionnaires visiblement déstabilisés par l’énoncé du problème. A l’issue de cette journée trépidante, les professeurs corrigent les copies. On pensait la journée terminée, que nenni ! Il reste l’épreuve d’histoire lors de laquelle les pensionnaires versent dans une tricherie assez peu discrète…

Lors du diner, Navaron briefe les élèves sur le mauvais niveau des résultats du jour. « Les meilleurs risquent d’avoir des surprises » assène t-il avec la vigueur d’un garde-barrière sous ecstasy (idiot comme image non ?). Bref, le dirlo met la pression comme il peut…

Le lendemain, on termine les épreuves avec la physique-chimie et le sport, discipline qui nous offrira son lot de galipettes (non pas celles la, bande d’obsédés) et la première réplique drôle de la soirée : « C’est limite pathologique, monsieur Emilien ».

En attendant les résultats et selon la tradition des 60’s, les garçons doivent inviter les filles au bal. Cela peut vous paraître banal mais ça a l’air de les travailler ces petits adolescents pré-pubères…

Voici la première salve de résultats :
Chez les filles :

Recues : Alexandra, Géraldine, Charlotte, Françoise, Julia, Maeva, Priscila

Oral : Carolina, Hawa, Purdey,

Recalées : Morgane et Roxane

Chez les garçons :

Reçus : Emilien, Grégoire, Kevin, Pablo, Robin, Simon et Rémi

Oral : Adrien, Gaétan, Lucas, Vincent

Recalé : Fabien,

Les oraux de rattrapage débutent dans la foulée et ça, c’est drôle, hilarant, bidonnant, à se la prendre et à se la mordre…

- Si je vous dis « volcan », vous me répondez quoi
- Pompadour ?
- Vous êtes sûre ?
- Euh, non je confonds avec Pompei

- Pouvez vous me citer un exemple de végétal
- de l’herbe ? (pas faux en même temps NDLR)

- Napoléon faisait partie des jocamins
- Hein ?
- Euh des jacobins

- Ce qui me gène, c’est que Waterloo soit devenue une victoire sinon il a bien répondu

- Est ce que c’est une identité remarquable ?
- Ca pourrait l’être ?

Avant les résultats finaux, place au bal de fin d’année. Mlle Bihorel fait une entrée remarquée avec ses cheveux relâchés et ses verres de contact. Je savais bien que c’était un joli brin de fille cette Mademoiselle...

Les élèves passent tour à tour sur scène pour interpréter un tube des années 60 façon Karaoké. Cette séquence est beaucoup moins drôle que la précédente voire pathétique. Mais il nous faut saluer la performance, c’était pas facile de chanter plus faux que certains élèves de la Star Ac !

Nous arrivons au terme de cette aventure qui sera conclue par la remise des prix en présence des parents. Beaucoup d’émotions, de larmes et de trémolos viendront ponctuer cette dernière séquence avec notamment une réelle sincérité dans les adieux de Mlle Bihorel.

Le classement des filles
1. Maeva (major de promotion)
2. Charlotte
3. Françoise
4. Julia
5. Alexandra
6. Géraldine
7. Priscilla
Carolina, Purdey sont recalées alors qu’Hawa obtient son diplôme à l’issue de l’oral.

Voici le classement des garçons
1. Grégoire
2. Kevin
3. Robin
4. Emilien
5. Pablo
6. Simon
7. Rémi
Lucas et Adrien sont recalés tandis que Gaétan et Vincent obtiennent leur diplôme
En bonus, Françoise obtient le prix de « meilleure camarade ».

Les élèves rejoignent leurs parents puis enfilent leurs vêtements « 2005 ». Les adieux se déroulent dans les larmes. Tout le monde y va de sa larme, les élèves comme le corps professoral. Il est temps maintenant de quitter les lieux et de refermer les portes du pensionnat de Sarlat.
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

juliano49
ain't no easy way
Messages : 601
Inscription : 13 Sep 2004, 09:21
Localisation : angers

Message par juliano49 » 04 Nov 2005, 20:38

Allez je me lance sur cette nouvelle émission dont j'avais parler il y a peu!

C'est parti pour Popstars 14 (oui car 5 Star Academy + 3 Nouvelle Star + 3 Popstars + 2 Entrée des Artistes de l'école Sevran = 13). Donc c'est la quatorzième fois que des jeunes entre 17 ans et demi et 23 ans trois quart vont se battre pour prouver qu'ils sont hyper doués, sous les yeux de gens qui sont persuadés qu'ils font le métier le plus important du monde. On y croit à mort, on est motivé comme des dingues, on va tout déchirer. Du casting, du casting, encore du casting. Comment devenir DRH-spécialiste-en-variété-française (le métier qui ne sert à rien) en restant dans son canapé ? En regardant M6. 282 entretiens d'embauche en 1h20 qui dit mieux ? Alors Attention, Mesdames et Messieurs, ça va commencer...

Tel est donc le nouvel avatar de télé-réalité de M6 qui apparemment a décidé de faire encore plus fort que TF1 en montant un spectacle musical "en un temps record" (sic). Ici, pour le 9 décembre (demain donc), on va mettre en place et en scène un spectacle, caster une troupe de 25 chanteurs-acteurs-danseurs inconnus et non professionnels, leur faire apprendre le spectacle, les faire répéter, et tout ce qui va avec, j'imagine : création de costumes, de décors, engagement d'une équipe de techniciens, financement aussi à l'occase si on a un peu de temps, vente de tickets pour un nombre de représentations tenu pour l'instant top secret... Enfin normalement, le 31 décembre tout ça c'est plié, tout le monde peut manger les restes de dinde à la maison. A côté, la tournée de la Star Academy l'année prochaine à 9, c'est aussi ébourrifant qu'une balade en barque dans le Sahara. Et pourquoi pas filmer un peplum avec 2000 figurants en un week-end aussi ? Le seul truc qui existe déjà à la base, c'est Michel Fugain. Ah bah oui parce que au fait, c'est autour de lui et de ses "40 ans de carrière" (mais quel âge a-t-il ?) que tout cela se fait.

C'est donc avec un enthousiasme somme toute relatif que j'attaque le visionnage de cette énième série d'entretiens de jeunes qui n'en veulent. D'ailleurs pour tout dire, je n'était pas là. Pendant ce temps, je mangeais un tagine aux cailles dans le 12ème avec mon père. Une anecdote qui n'a absolument aucun intérêt, mais est-ce que ça en a plus d'entendre du Obispo mal chanté par des jeunes gens qui mettent trop de gel dans les cheveux et des habits avec tellement de marques écrites dessus qu'ils deviennent totalement flous quand ils passent à la moulinette de la télé ? Question existentielle qui vaut bien un tagine aux cailles. Bref, étant consciencieux, j'ai enregistré l'émission.

Et je dois dire que le résultat est incroyable. Paris, Lille, Marseille, et Bordeaux : des villes qui ont tellement été écumées par les directeurs de casting, les Marianne James et les jury popstariens qu'on se demandait s'il y restait encore des gens qui y chantaient. Et apparemment, la réponse est oui. C'est quand même la nouvelle la plus dingue de la soirée. Des visages qu'on n'avait encore jamais vus. Ils les ont trouvés.

Alors voilà. Le mot d'ordre c'est "Battez-vous !", qui nous sera répété toutes les 10 minutes par notre sémillant jury, j'ai nommé la dream-team de l'expérimentation capillaire pour sexagénaires : Michel Fugain à la péroxydation d'hydrogène sur coupe rase style "dégarni ? moi jamais", Roger Louret au brushing ultra-Elnett-naturel et Jean-Claude Camus à la recoloration noir de geais total-anti-âge. Un document à conserver pour toutes les écoles de coiffure.

Ensuite c'est comme d'habitude. Sauf que là, avant la chanson, les candidats ont droit à 30 secondes de n'importe quoi... euh d'"impro" pardon. Les candidats, même si on les a jamais vus, on les connait déjà : le mec qui est contre "le système" parce que ça fait bien d'être contre "le système"(et qui se fait logiquement jeter par "le système"), celui qui se croit drôle parce qu'il s'habille en Brice de Nice ("Je suis impec, je suis trop content" - "Ah oui ?" répond son voisin), le couple amoureux qui vient passer l'audition en coeur (mais Peter et Sloane c'est déjà pris les gars), la bande de 6 copains tous doués comme par hasard (ce qui justifie l'émission et permet de placer la phrase "les trois professionnels sont ravis, ils rencontrent enfin de vrais talents"), le rebelle qui ne veut pas "rentrer dans les cases" (et chante du Obispo), le fils amené par son père qui semble jouer sa propre vie (genre "je suis fier de toi mais encore plus si tu réussis", bonjour la pression), le "talent caché" dont les parents s'opposent à sa participation (plutôt rassurant du coup), et pour finir, l'opposition entre la brune pétillante et la blonde rayonnante ("Battez-vous !" ils ont dit).

C'est en substance l'épisode 1 "introductif" de cette grande aventure qui commence. La phrase du jour revient à notre nouvel ami du jeudi, Michel Fugain, s'adressant au jeune David : "C'est un métier terriblement difficile parce qu'il implique la valeur absolue de l'être humain. Je suis saltimbanque et toi t'es rien". Alors maintenant les saltimbanques deviennent donneurs de leçons ? Et apparemment c'est pas terminé. J'espère qu'on y verra pas des clowns donner des cours de psycho.

Voici notre sémillant trio de professionnels à Paris, la "ville reine du pipeau" selon Michel Fugain. Ca change, la semaine dernière c'était "la Bérézina à Bordeaux". Enfin, au vu des prestations, il semblerait que Bordeaux, Marseille et Lille soient aussi reines du pipeau, mais après tout, le pipeau est universel. Jean-Claude Camus, qui a toujours le mot pour rire, remarque dépité : "qu'on ait vu ça à Paris, je m'en suis pas remis, et je suis pas prêt de m'en remettre". Merci Jean-Claude, ça donne envie ! On continue quand même ?

Allez, soyons courageux allons plus loin. Si on a traversé la Bérézina la semaine dernière, on peut tout endurer. En tous cas, M6 ne se ménage pas pour nous rappeler à quel point c'est trop trop dur de monter un spectacle, surtout en deux mois au lieu de deux ans. Oui m'enfin bon, c'est qui qui leur a dit de monter ce spectacle en deux mois ? On n'était pas pressé nous. Alors on insiste sur les plantages, les bafouillages, les incertitudes, les tergiversations, l'inexpérience des candidats. On souligne en permanence que la majorité d'entre eux sont mauvais par de petites allusions bien senties comme celle de Roger Louret (qui joue non pas du pipeau, mais de la litote, un autre instrument dangereux) : "là je ne vois pas de graines de talents hallucinantes". On nous rappelle à quel point le choix est difficile par des allusions bien senties du genre : "le choix est difficile" (et effectivement, le choix est difficile). Et on enfonce le clou sur le manque de temps car on est hyper à la bourre, "le spectacle est déjà annoncé partout est rien n'est prêt", on va jamais y arriver, vite des costumes, vite un décor, ahlalala. Heureusement, "on va faire des miracles... on va essayer de faire des miracles". Merci Jean-Claude, ça rassure !

Mais revenons au casting puisqu'apparemment les costumes et les décors ça prend 5 minutes à fabriquer. Alors c'est reparti pour le festival du piercing à l'arcade sourcilière et du débardeur moulant de jeunes qui ont la patate pour "tout donner". Le scénario se répète inlassablement : un petit flash-back de l'audition précédente (comme ça hop, un quart de l'émission est déjà fait), un petit discours de motivation du candidat ("je veux vraiment tout donner quoi, la comédie musicale c'est ma vie, bla-bla"), une chanson massacrée (remarquons au passage que personne ne connaît les paroles des chansons de Michel Fugain, c'est rassurant - nous à force, on commence par les connaître par coeur), un Michel Fugain qui gesticule (forcément entendre ses propres chansons assassinées à longueur de journée ça énerve), un petit commentaire qui casse (genre "tu as beaucoup de qualités cachées"), une phase méga-suspense-de-la-mort-qui-tue (à base de ralentis, de mines déconfites, de regards foudroyants et de musiques dignes de la scène de la douche de "Psychose"), et enfin des hurlements de joie ou une crise de larmes (au choix).

Ensuite, vous avez droit à une démonstration pour réaliser chez vous le brushing miroir avec thermoliss, grâce aux micro-huiles nutritives suractivées par la chaleur du séchoir pour un lissage qui brille vraiment plus longtemps sans frisottis. Ah non, ça c'est la pub, zut.

Et enfin, on termine par le traditionnel cours de danse en 120 minutes chrono. Le cours où il va falloir transpirer pour de vrai. Le cours où on vous accueille en vous disant "ça va être difficile et je vais vous faire souffrir" avec un grand sourire. Le cours où il faut apprendre une chorégraphie complète en deux heures alors qu'on ne sait même pas écrire le mot chorégraphie, et en plus on est à la bourre. Le cours où votre brushing miroir avec thermoliss en prend un sérieux coup. Le cours où il faut montrer qu'on a la gagne, la niaque et/ou la patate. David, le "rebelle insoumis", avait lui "la ouache à donf". Perdu, il n'a pas été pris. Allez allez, on est en retard.


Pour l'instant c'est une émission, juste pour se foutre de la gueule des téléspectateurs. Et donc de moi même, mais bon y avait Alias après...
"La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son, bien des gens paraissent brillants avant qu'ils n'ouvrent leur bouche."
"L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est difficilement réalisable."

Répondre