George Orwell

Livres et bandes dessinées, comics, mangas, etc.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 26 Oct 2005, 14:21

1984

C'est loin 1984... et pourtant c'est proche. "1984" est un énorme classique de la littérature, et comme je souffre de lacunes question classiques, j'ai entrepris de rattraper mon retard. Ahhh, lire des livres pour le plaisir, ça faisait tellement longtemps.

Alors pour beaucoup je suppose que "1984" de George Orwell, ce n'est pas une découverte. Nous sommes aux environs de l'année 1984, une terrible révolution a eu lieu quelques décennies avant et la planète est divisée en trois Etats-continents : l'Océania (lieu de l'histoire, plus précisément Londres), l'Eurasia et l'Estasia. Dans l'Océania, la liberté est toute relative : un parti unique (le Parti) dirigé par BIG BROTHER (si vous ne connaissiez pas l'origine de l'expression). Un système fait d'un mélange de nazisme et de communisme qui opprime plus ou moins les trois classes : les prolétaires, la classe la plus inférieure (sous-éduquée, vivant dans la pauvreté), le Parti extérieur, la classe moyenne la plus représentée et qui doit allégeance au Parti et à BIG BROTHER, et enfin le Parti intérieur, la classe la moins nombreuse et la plus favorisée, qui possède tout.

Chaque instant de la vie des personnes est surveillé par l'utilisation de micros et de télécrans installés partout, y compris dans les appartements. La Police de la Pensée veille à ce qu'aucun "crime de pensée" ne soit commis. Il faut sans cesse paraître au service du Parti. Les enfants sont amenés à dénoncer leurs parents, etc...

Dans ce monde où il ne semble y avoir aucune issue, Winston Smith, employé de ministère, rêve en secret de rejoindre une organisation qui renverserait le Parti...

"1984" n'est pas devenu un classique par hasard. Il est terriblement oppressant, passionnant, et ses idées ont été souvent copiées notamment dans le milieu cinématographique. "1984" pourrait aussi être terriblement actuel par certains côtés...

l'article
Dernière édition par Kynerion le 05 Mai 2006, 09:51, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 05 Mai 2006, 10:09

La ferme des animaux

C'est par hasard que je suis tombé sur ce livre dans les rayons d'un supermarché. Et c'est d'abord le titre qui m'a interpellé. "La ferme des animaux", pouvait-on faire plus niais? On dirait le titre d'un livre pour enfants avec les images qui prennent les trois quarts des pages, et un texte de deux phrases en police de caractère 36.
Mais non pourtant, j'étais bien dans la section des livres de poche. Mystère... et puis je regarde le nom de l'auteur : George Orwell. Bon sang! c'est un bouquin de l'auteur de 1984?! :O

Effectivement c'est bien lui derrière ce petit livre de 150 pages au titre affligeant; du coup je me doute que cela cache quelque chose. Direction la quatrième de couverture:
Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Boule-de-neige et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement :
"Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d'alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux."
Le temps passe. La pluie efface les commandements. L'âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer :
"Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d'autres."
Oui effectivement, à l'instar du "Petit Prince" (réédité récemment dans une très jolie collection), "La ferme des animaux" est un roman à double niveau de lecture. Au 1er degré, c'est donc une simple histoire d'animaux qui prennent le pouvoir dans leur ferme, en chassent les humains et doivent s'organiser. Mais au second degré, c'est une réflexion profonde sur les régimes politiques, qui sont tous présents dans le roman (ce n'est sûrement pas un hasard). Révolution, démocratie, monarchie, dictature, totalitarisme... (j'ai mélangé systèmes et régimes dans cette liste, c'est vrai) il y a un message qui est donné sur la relation avec le pouvoir. Certes, ce ne sont que des animaux après tout... :rolleyes:

Il était quand même fort, ce George. Bon, malgré l'histoire assez simple, le style est parfois relevé donc ça confirme que ce n'est pas pour les enfants.

Répondre