Hypérion

Livres et bandes dessinées, comics, mangas, etc.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 30 Août 2005, 22:17

Curieux comme les titres de romans s'inspirent parfois de noms célèbres...
Ainsi Dan Simmons, auteur de science-fiction dont vous trouverez la biographie en début de livre, comme d'habitude, s'est inspiré de figures emblématiques pour écrire un univers (c'est le mot) extraordinaire.

Quand on lit la quatrième de couverture et qu'on n'a pas tellement plongé dans ce genre de littérature (c'est mon cas), franchement, on n'y comprend rien. Non mais vraiment : sept pélerins, un port spatial, le gritche, l'Hégémonie, les Tombeaux du Temps... un beau bordel.
Evidemment, une fois la lecture commencée, les choses se mettent en place. J'ai été fasciné par la précision, la multitude de détails que cet auteur est capable de fournir. Pour les habitués, c'est très classique, mais assez impressionnant pour les débutants.

Pour résumer, sept personnes de tous horizons sont choisies par une sombre Eglise (gritchèque) pour effectuer un pèlerinage dont personne n'est jamais revenu, sans doute exterminés par le gritche, un monstre (presque un dieu). Le culte est obscur; mais nos sept pélerins n'ont pas été choisis par hasard, et ils décident durant le voyage (vers la planète Hypérion où se situe le coeur de l'intrigue) de raconter chacun leur histoire, leur lien avec Hypérion, afin d'essayer de trouver la clé du mystère gritchèque et sauver leur peau. Mais peut-être qu'un espion est parmi eux, et par ailleurs certains entendent bien tuer le gritche lui-même...

Alors je vois que vous attendez que je vous livre un passage soigneusement choisi et vous avez raison. "Hypérion", tome 1, édition pocket, page 158 :
Kassad l'aida à retirer les vêtements qu'il avait encore sur lui, puis fit glisser ceux de la fille en trois gestes fluides. Elle ne portait rien sous sa chemise et son pantalon de toile rude. Il passa la main entre ses cuisses, par-derrière, contre la rondeur de ses fesses, et glissa les doigts entre les lèvres humides de la toison rêche. Elle s'ouvrit à sa caresse tandis que sa bouche happait la sienne. Malgré tous leurs mouvements quand ils s'étaient déshabillés, à aucun moment leur peau n'avait perdu le contact, et le membre dur de Kassad se frottait contre le ventre rond de la fille.
Ouh c'est chaud avec Hypérion! :D C'est vrai que je ne m'attendais pas à trouver ce genre de paragraphes dans le bouquin, mais bon, c'est du réalisme.

Vous l'avez peut-être remarqué, "Hypérion" fait partie d'un grand ensemble appelé Les Cantos d'Hypérion, comprenant "Hypérion" tomes 1 et 2, puis "La chute d'Hypérion" tomes 1 et 2 (comment? Hypérion chute?! mais c'est l'horreur!). Je remercie donc chaleureusement Mg de m'avoir offert le tome 1 d'Hypérion, j'ai attaqué depuis aujourd'hui le tome 2 (puisque je n'ai rien à faire de la journée, c'est cool le boulot), et donc il faudrait que j'enchaîne encore avec les deux tomes suivants. Sachant qu'après tout ça il y a encore Les voyages d'Endymion, quatre autres tomes... :whah:

Image

Voilà. Je kiffe le titre, même s'il n'a aucun rapport avec mon pseudo. ^^

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 01 Sep 2005, 14:37

Voilà donc j'ai fini le deuxième tome d'Hypérion, et le suspense est tel que évidemment il faut acheter le tome 3, c'est-à-dire le tome 1 de "La chute d'Hypérion"... :rolleyes:

Après quelques recherches, il apparaît que Dan Simmons (l'auteur) était un vrai fan du poète anglais du XIXe, John Keats. John Keats a écrit un poème reconnu considéré comme l'un des plus beaux par ses pairs, il s'agit d'Hyperion, publié en 1820 puis modifié et réédité en 1856. C'est pourquoi dans le roman, la capitale de la planète Hypérion est... Keats. Par ailleurs, il y a même un personnage, un cybride (c'est... compliqué à expliquer) que l'on a créé pour faire renaître le poète John Keats. Enormément de références au poète.

Bref l'admiration de Simmons pour Keats est flagrante. Keats est aussi l'auteur d'Endymion, qui pour Simmons est un roman faisant suite à Hypérion.

A l'origine, Hypérion et Endymion font partie de la mythologie grecque. article "Keats" sur Wikipedia.

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 13 Sep 2005, 11:51

Hypérion III (c'est-à-dire, "La Chute D'Hypérion" tome 1), c'est la continuité dans le prolongement, mais Dan Simmons est un malin, il a, sous couvert de l'histoire principale, dissimulé un scenario beaucoup plus gros, énorme même, que l'on percevait à peine dans les premiers tomes, mais qui du coup nous plonge complètement dans le récit. Passionnant tout cela quand même, on sort du cadre de nos sept pèlerins (enfin, on les suit toujours, les pauvres), mais parallèlement se trame la grosse histoire, forcément reliée, mais menée de façon différente.

Je commence enfin à comprendre pourquoi cette saga fait partie des références de la littérature SF. Et c'est légitime. :)

Avatar de l’utilisateur
Kynerion
paint it black
Messages : 5111
Inscription : 15 Sep 2003, 20:58
Twitter : kyn
Profil Last.fm : kynerion
Localisation : France
Contact :

Message par Kynerion » 19 Sep 2005, 22:00

Voilààà, c'est finiiiii... :rolleyes:

Finalement Hypérion a bien une fin, au bout du 4e tome. :) Et quelle fin! de l'apothéose, du gritche à tout-va, du suspense, des morts (plein de morts...), de l'amour, de la destruction, des survivants (quand même), et un dénouement spectaculaire. Plein de dénouements en fait, vu le nombre de questions qui étaient posées.

Au registre des points négatifs, on notera un épilogue un peu "hollywoodien". Sans blague, Over the rainbow comme musique de fin, on croît rêver. En plus moi, ça me fait penser à la pub pour la banque là, je sais plus laquelle...

Mais bon, Hypérion, je le redis, mérite largement son statut de chef-d'oeuvre de la science-fiction. :super:

Répondre